Non au retour des casseurs au Parc des Princes

ultra-parc-des-princes

J’ai rencontré le Préfet de Police hier après midi et lui ai fait part de mon opposition vigoureuse à tout retour au Parc des Princes des « ultras », ces soi-disant supporters du PSG animés par le seul but de provoquer et d’installer un climat qui n’a pas vraiment sa place dans une enceinte sportive.

J’avais en 2006, comme député de la circonscription du Parc des Princes, été le rapporteur à l’Assemblée nationale d’une loi portée par Nicolas Sarkozy dont l’efficacité n’a jamais été démentie qui a fixé un cadre permettant de faire cesser les violences répétées auquel était confronté le quartier de la Porte de Saint-Cloud. Depuis, le Parc des Prince est redevenu le stade des familles et des amateurs du football, ce qu’il doit rester.

La décision de la nouvelle direction du PSG, sans aucune concertation préalable avec le député maire de l’arrondissement que je suis, d’ouvrir le Parc des Princes à certains « ultras » risque de remettre en cause la sérénité retrouvée. Nous n’accepterons aucun débordement. J’ai obtenu le soutien du Préfet de Police à cet égard et nous ferons respecter l’ordre dans ce quartier qui a tant souffert il y a quelques années des incidents dramatiques provoqués par des soi-disant supporters.

Les voies sur berges, la futilité de l’exécutif parisien, le manque de moyens pour protéger les parisiens du risque terroriste : les échos du Conseil de Paris de septembre

cg-cp

Hommage à Jacques Dominati

Pour commencer la séance, l’ensemble du conseil de Paris a rendu hommage à Jacques Dominati.

Retrouvez la vidéo de mon intervention :

//platform.twitter.com/widgets.js

Le sort des voies sur berges est malheureusement scellé

La voie Georges-Pompidou restera donc fermée à la circulation automobile sur 3,3 km  du quai bas, de l’entrée du tunnel des Tuileries à la sortie du tunnel Henri-IV et ce malgré l’avis négatif rendu en août dernier par la commission d’enquête. Une fois de plus, Madame Hidalgo passe en force et comme à son habitude sans aucune concertation avec les élus d’opposition.

Après un simulacre de concertation en plein été, la Maire de Paris n’hésite pas à parler d’un projet dont l’enjeu serait la santé publique. Comment croire, alors qu’aucune offre de transports alternatifs ne leur est proposée que les automobilistes qui empruntent par obligation les quais rive droite pour aller travailler cesseront demain de prendre leur voiture ?

Rappelons que plus de 43.000 véhicules circulaient chaque jour sur ce trajet et que les études de report révélées une fois la concertation terminée montrent au contraire que les temps de trajet seront fortement allongés et que la pollution ne sera donc que déplacée et même aggravée sur les quais hauts.

Pour pallier l’argument d’une pollution aggravée, Madame Hidalgo a annoncé que des capteurs seraient installés pour en mesurer les taux. Il aurait été bien plus judicieux de les placer avant la fermeture pour analyser les répercutions de l’avant-après fermeture des berges.

La présidente de la région Île-de-France qui demandait à être associée au projet de fermeture, a créé « un comité d’évaluation » sur les conséquences de la piétonisation des voies sur berges de la rive droite. En effet, la fermeture des voies sur berges n’est pas un sujet seulement parisien mais aussi francilien et que les conséquences seront désastreuses pour l’ensemble de l’Ile de France.

Il s’agit la d’une très grave décision autoritaire qui engage l’avenir du Grand Paris.

Lire la suite Les voies sur berges, la futilité de l’exécutif parisien, le manque de moyens pour protéger les parisiens du risque terroriste : les échos du Conseil de Paris de septembre

DEPUTE DE PARIS – MAIRE DU XVIe ARRONDISSEMENT – ANCIEN MINISTRE