Les réalités de la société civile des députés en marche

La discussion sur LCP, que j’ai eu hier avec Madame Rossi que j’ai irrité en accusant d’avoir des « amitiés politiques », (sans copinage bien entendu car la dame est sensible à ce sujet) m’a poussé à réfléchir sur la réalité des députés en marche présent à l’Assemblée Nationale. J’en présenterai d’ici peu un organigramme précis.

Sous couvert de société civile et de nouveauté, il est incontestable que certains députés élus En Marche étaient des néophytes bénéficiant des chutes de l’opposition. Il faudra voir d’ailleurs si ces situations exceptionnelles vont perturber. Mais qu’on ne s’y trompe pas, la direction parlementaire et partisane d’En Marche est dans les mains de militants politiques qui ont souvent une grande expérience à gauche et qui on basculer en temps utile vers le candidat Macron. La direction parlementaire est donc assurée, non pas par la société civile, mais par des militants socialistes à peine repentis, auquel s’ajoute quelques transfuges très minoritaires des partis de droite. Cette forte présence d’anciens socialistes, au sein du groupe parlementaire, explique sans doute les tensions qui commencent à apparaitre à l’égard d’un gouvernement qu’ils jugent trop droitier. Les français se laisseront-ils abusés longtemps par cette mascarade qui se targe de toutes les vertus ? A suivre…

Suite au débat avec Laurianne Rossi sur LCP

Retrouvez la vidéo du débat en cliquant ici.

Madame Laurianne Rossi est irritée par les propos que j’ai tenus lors d’un débat sur LCP ce jour. Elle m’accuse notamment d’avoir abusé du terme copinage (je pense avoir dit plutôt camaraderie). Je m’en excuse auprès d’elle si ce terme l’a choquée mais je voulais simplement rappeler qu’elle était depuis 2007 engagée dans un parti politique, le PS, qu’elle avait été assistante parlementaire d’un sénateur socialiste avant d’être nommée à l’Office Public de l’Habitat de Paris auprès de Pierre-René Lemas qui n’a jamais caché ses sympathies, en 2012 elle intègre  l’Institut des Infrastructures pour la Mobilité créée lors de la Présidence Hollande et en 2016 elle rejoint l’entreprise SNCF Réseau, ce qui effectivement peut paraitre comme une carrière de société civile assez liée aux entreprises publiques diverses et variées, et même si  Madame Rossi a abandonné le PS en 2011, je ne faisais que me référer à ce que dit d’elle Wikipédia.

Je suis désolé en toutes hypothèses que le terme copinage l’ait choquée et j’en retire l’expression un peu forte. Avec toutes mes excuses bien entendu.

 

Rencontre avec des députés du Bundestag lors de la Commission des Affaires Étrangères

Au cours d’une réunion lors de la Commission des Affaires Étrangères en présence de députés du Bundestag, j’ai tenu à rappeler dans la crise européenne que nous connaissons, que nous désapprouvions la position de l’Allemagne à l’égard de la Russie, et de la même manière, j’ai pu réaffirmé que nous avions été très déçu par Madame Merkel lors de la crise syrienne.

J’ai souligné les effets néfastes que sa décision unilatérale imposée aux européens avait provoqués avec une forte poussée populiste partout en Europe, ce qui laissait craindre le pire pour les prochaines élections européennes.

 

Gala de l’association « Aide moi à apprendre »

Je suis très heureux d’avoir été présent auprès du Professeur Arnold Munnich, Chef du département de génétique médicale de l’hôpital Necker-Enfants malades de Paris, pour soutenir l’association « Aide moi à apprendre » présidée par Jean Taieb lors de leur grande soirée de Gala en faveur du centre Reuven Feuerstein, afin de féliciter les participants de leurs innovations et leur courage dans ce secteur difficile qui concerne de nombreux enfants.
Je félicite également toute la communauté juive du soutien qu’elle apporte à cette initiative pleine d’espoir et de progrès.

La France doit rester la France ?

J’ai été très surpris ce week-end en parcourant les marchés de l’arrondissement de voir à quel point cette phrase d’une banalité consternante puisse poser des interrogations aussi diverses et variées : digne de la boutade du Général de Gaulle lorsqu’il proclamait « Fécamp est un port de pêche et entend le rester ».

Beaucoup m’ont même dit que « Macron » avait employé ce terme ce qui ne m’a guère soulagé d’ailleurs.

Je trouve que cette phrase est maladroite de la part de Laurent Wauquiez et je le lui ai dit. Je pense sincèrement qu’il ne s’alliera jamais avec le Front national sinon je ne serai pas resté chez Les Républicains.

Mais rien n’empêche son équipe d’être intelligente et de susciter une nouvelle vague de « Wauquiez bashing » maladroitement inspirée par cette formule qui ne veut rien dire.

La France est un grand pays qui a évolué dans l’Histoire et qui évoluera encore en se maintenant et très franchement personne n’a le monopole de la définition de la France, surtout pas Madame Le Pen dont j’aimerais bien connaitre avec les années quelle est sa conception de la France.

J’espère que ma mise au point aura calmé les appréhensions ou les enthousiasmes des uns et des autres. L’habileté n’est pas incompatible avec la politique.

DEPUTE DE PARIS – ANCIEN MINISTRE