Le PSG est un grand club

Intervention de Claude Goasguen séance du Conseil de Paris, mercredi 13 décembre sur le PSG

Mes chers collègues, s’il fallait résumer dans une formule lapidaire ce que le Conseil de Paris et la municipalité adressent comme un message aux Parisiens, qu’ils adressent unanimement par un geste politique fort qui n’est ni de droite ni de gauche : nous devons affirmer très fort aujourd’hui que la bête immonde du racisme et de l’antisémitisme n’a pas de droite de cité. N’a pas de droit de cité dans les stades, n’a pas droit de cité à Paris, n’a pas droit de cité dans notre République.  Et c’est ce geste là et celui là seul qui a guidé la rédaction du voeu que nous allons adopter en commun.

Car au-delà même du houliganisme, nous avons eu honte qu’à Paris, dans cette grande ville démocratique, on ait pu entendre des propos d’un antisémitisme patent, avéré, dans un match qui opposait l’équipe parisienne contre celle de Tel-Aviv. Et vous imaginez la signification que cela peut avoir dans un conflit larvé au Moyen-Orient ou ouvert. Très franchement, je ne veuxpas que cette honte que nous avons ressentie par rapport à ces pays, par rapport au monde, reste impunie.

Je demande avec mon groupe, et Françoise de Panafieu l’a très bien dit, la plus grande fermeté. Il n’y aura pas de trêve tant qu’il y aura des propos de ce genre dans un stade ou dans une cité. C’est le sens d’ailleurs de la loi que j’avais proposée à l’Assemblée nationale qui a été votée en juillet 2006 par l’ensemble de nos collègues parlementaires. Avec une petite nuance : seul le parti communiste ne l’a pas votée. Donc je rappelle que quand  il parle de la dissolution, il ferait bien tout de même de vérifier que ses parlementaires communistes aient voté cette loi. Ils ne l’ont pas fait. Je regrette mais c’est un détail, si j’ose dire. Mais je voudrais dire que cette loi a pour objectif d’éradiquer le houliganisme. Nous avons les armes juridiques désormais pour le faire. Qu’elles soient insuffisantes, qu’il faille peut-être les modifier et les compléter, cela va de soi. L’arsenal juridique existe.

La volonté de la part du PSG semble inconstestable et je fais confiance à ce club qui est un grand club, qui a un grand passé et qui, je l’espère, aura un grand avenir.

Et pourtant je serais probablement celui qui aurait le plus à se plaindre des manifestations de supporters quelquefois mal contrôlés puisque je suis aussi le député du Parc des Princes et que très régulièrement je vois les dégâts qu’un certain nombre d’individus peuvent commettre à cause de matchs de football. Mais là n’est pas la question aujourd’hui. La question c’est de montrer l’unanimité de la réponse politique dans la fermeté. Et franchement, Monsieur le Préfet, lorsque nous avons voté cette loi avec le soutien du ministre de l’intérieur, qui avait d’ailleurs pris une loi au mois de janvier dans le même sens, nous donnant l’arsenal juridique nécessaire, et j’ai le sentiment que nous avons oeuvré pour vous donner toutes les possibilités d’éradication.

Le Conseil, la mairie, le PSG suivront. Mais je voudrais interpeller la fédération et la ligue, car bien entendu nous éradiquerons le racisme et l’antisémitisme même si cette affaire doit être longue, dure, difficile et peut-être violente. Vous savez que la victime a été elle-même victime du houliganisme. Le pauvre garçon qui est mort après avoir assisté à un match de foot n’est-il pas lui-même la victime de ceux qui organisent ces violences d’une manière déterminée et cynique ? Lisez tout ce qu’ils écrivent sur Internet, les rendez-vous violents qu’ils se donnent. Tout cela doit être éradiqué, mais je voudrais dire que la fédération et la ligue doivent aussi prendre leur responsibilité.

Ce qui se passe au sein des enceintes de football n’est pas quelquefois responsable. Je souhaite vraiment que la ligue et la fédération qui ont manifesté leur volonté de réagir, c’est dans l’intérêt de tout le monde d’ailleurs, puissent dire aux arbitres qu’en toute hypothèse on ne pourra pas tolérer impunément que l’on balance des fumigènes, que l’on mette des panneaux, que l’on crie sans que l’arbitrage ne s’en ressente. La seule manière de solidariser les supporter avec le club, c’est que la ligue et la fédération prennent aussi leur part de responsabilité dans cette affaire et lorsque les matchs tournent au vinaigre qu’il y ait une suspension voire même un arrêt définitif.

Je voudrais dire que fondamentalement ce qui est important, c’est l’union contre le racisme et l’antisémitisme. Je voterai sans hésitation le voeu proposé.

Une réflexion sur « Le PSG est un grand club »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s