L’appel de Goasguen: «Les Chrétiens d’Orient ne sont pas condamnés à l’exode»

claude_goasguen_afp

Sursaut. Claude Goasguen le député-maire du XVIè arrondissement de Paris, organise cet après-midi à 18h avec des représentants de toute confession, un grand rassemblement de soutien aux chrétiens d’Orient. Il lance un cri d’alarme et souhaite mobiliser toute la population française. Entretien.

Claude Goasguen lance un appel et annonce qu’une banderole de soutien aux chrétiens d’Orient sera déployée sur la façade de la mairie du XVIè pour créer un sursaut dans l’opinion publique. Des personnalités telles que Mgr Luigi Ventura, Nonce apostolique en France, Haïm Korsia, Grand Rabbin de France, Anouar Kbibech, vice-président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l’œuvre d’Orient, Patrick Karam, président de la Coordination Chrétiens d’Orient en Danger, le Père Anis Hanna, prêtre irakien syriaque catholique et dominicain ou encore Mgr Athanasios, évêque de l’Eglise Copte Orthodoxe de France, ont répondu présent.

Pourquoi lancez-vous un appel cet après-midi ?

Il y a un constat : plus personne ne parle des chrétiens d’orient. On parle des conflits entre chiites et sunnites, on parle des difficultés pour les gouvernements à trouver des solutions aux conflits armés dans le monde mais le sort des chrétiens d’Orient a disparu ! Je lance un appel car il faut aller au-delà des solutions humanitaires, qui permettent de faire des discours mais s’arrêtent trop souvent aux mots. Il faut montrer à la population française et européenne que la situation des chrétiens d’orient, ce n’est pas une petite affaire, ce sont des centaines de milliers d’hommes en déshérence ! On parle beaucoup de respect de la diversité en France. Paradoxalement, le respect de la diversité que ces personnes incarnent en Orient leur est refusé. On ne peut se résigner à accepter que seuls les musulmans ont le droit de cité dans ces pays du monde. L’action de la France aujourd’hui n’est pas suffisante. Je déplore aussi que les gouvernements prennent l’habitude de saisir l’Onu qui ne fait rien. Il y a une conséquence : désormais quand il y a des massacres de Chrétiens d’Orient, tout le monde trouve ça normal. Si on ne rappelle pas le problème, les choses ne se règleront pas. Beaucoup de gens ont répondu à notre appel. Je souhaite que cet appel soit élargi et reproduit partout en France et hors de nos frontières.

Pour vous, le gouvernement et l’UMP n’en font pas assez ?

C’est général. Le gouvernement est complètement perdu après avoir pris position de manière radicale sur le dossier syrien. Les réponses de Laurent Fabius peuvent être intéressantes mais il n’apporte pas de véritables propositions pour l’avenir. Précisément, la solution n’est pas d’accueillir ces populations chez nous. Il faut que les Chrétiens d’Orient puissent rester dans leurs territoires en Orient. C’est la seule véritable solution pour l’avenir. Je regrette que rien ne soit fait en ce sens. Il faut alerter la population et montrer qu’on ne doit pas se résigner sur ce sujet. Ce serait la pire des choses. On a accueilli des chrétiens syriens chez nous, qui vivent aujourd’hui pour la plupart à Sarcelles. Le maire de Sarcelles ne peut pas accueillir tous les chrétiens syriens. Ce n’est pas une solution durable.  J’insiste, il faut arrêter de croire que les Chrétiens d’Orient doivent quitter leur pays. Ces derniers sont confrontés à un dilemme insupportable : soit ils s’en vont sans être sûrs de revenir, soit ils restent et sont massacrés. C’est intolérable.  Aidons-les à vivre en paix chez eux. Le sort des chrétiens d’Orient sera un sujet majeur de la politique à venir. L’enjeu n’a pas de couleur politique. Il nous engage tous.

Vous pointez du doigt le manque d’intérêt du gouvernement et de la communauté internationale sur le sujet…

Malheureusement, la détresse des chrétiens d’Orient n’est pas la préoccupation majeure du gouvernement. Depuis plusieurs mois, ce sujet est relégué au second plan derrière les combats, les luttes armées et les massacres dont on ne nomme plus les victimes. Le problème est que la France combat Bachar Al-Assad en soutenant des djihadistes, qui sont tout aussi nocifs contre les chrétiens que Daesh. Le quai d’Orsay fait  désormais ce qu’il peut pour essayer d’apaiser la situation mais ce n’est que de la diplomatie. Les résolutions et les aides de l’Onu sont des vœux pieux. Je m’interroge par ailleurs,  les chrétiens sont-ils privilégiés dans l’aide internationale accordée ? Pas sûr.

J’aimerais qu’un jour on ait une explication sur le rôle de la Turquie dans les divers conflits qui touchent les chrétiens en Orient. A qui Daesch vend du pétrole ? L’argent et les armes de Daesch ne viennent pas de la manne céleste. On n’a aucune réponse. On n’en sait rien. Toutes ces questions sont intrinsèquement liées au sort des chrétiens. Nous sommes en droit de demander des explications.

Quels moyens utiliserez-vous pour maintenir la pression sur le monde politique et sur la société ?

Je vais demander à ce que les mairies de tout bord s’engagent. Nous allons afficher une banderole sur la mairie du XVIè arrondissement de Paris qui rappellera en permanence à ceux qui passent devant, que les chrétiens d’orient existent et sont menacés. Il faut qu’Anne Hidalgo et la mairie de Paris fassent de même. Nous devons mobiliser le plus grand nombre de compatriotes pour qu’il y ait un sursaut, une véritable prise de conscience permanente. Ce sujet engage la crédibilité de la France à l’égard du monde et de l’Europe. Ce combat que nous menons est difficile, mais vous savez, les combats les plus difficiles sont souvent les plus intéressants. D’ailleurs, nous devons dès aujourd’hui nous mettre au travail pour préparer la restructuration du Moyen Orient. Elle ne concerne pas uniquement les chrétiens même s’ils doivent occuper toute leur place. Il ne faut pas qu’on considère qu’ils sont partis. C’est trop facile.

Vous pensez que cette initiative peut réellement faire changer les choses ?

Je ferai de mon mieux pour convaincre le plus grand nombre de Français et d’élus de tout bord politique.  C’est le sens de notre appel cet après-midi où seront présents des représentants de toutes les religions, des élus de droite et de gauche, des représentants d’associations très diverses. Pour faire bouger les lignes, il ne faut pas que cet évènement soit une unique manifestation. Ce mouvement doit faire des émules. Vous pouvez compter sur moi pour le rappeler en permanence au gouvernement à l’Assemblée Nationale. Les Français que je rencontre sont satisfaits qu’on en parle et veulent se mobiliser. Je dis aussi aux croyants qui sont très mobilisés pour aider les chrétiens d’Orient, que la prière ne suffit pas. Il faut agir. Le pape François a en ce sens tenu des discours très forts. Il faut poser le sujet dans des termes politiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s