Il faut interdire la GPA en France

GPA

Le 2 octobre 2014, le Premier ministre Manuel Valls a rappelé dans un entretien exclusif pour le journal La Croix que la Gestation Pour Autrui (GPA) était « une pratique intolérable de commercialisation des êtres humains et de marchandisation du corps des femmes » qu’il fallait interdire clairement dans la loi.

Si le Gouvernement n’a de cesse de rappeler l’interdiction de la GPA dans la loi, les pratiques administratives et les décisions de justice qui ont été rendues depuis plusieurs mois en assument les conséquences.

Une circulaire dite « Taubira » est publiée en janvier 2013 et encourage les juridictions françaises compétentes à délivrer un certificat de nationalité française pour les enfants nés sous GPA à l’étranger. Après la condamnation de la France par la CEDH en juin 2014, le tribunal de Grande Instance de Nantes en mai 2015 va cependant plus loin qu’un certificat en inscrivant trois nés sous GPA à l’état civil. Cette inscription à l’état civil reconnaît un lien de filiation équivalent aux autres enfants. Le mouvement lancé par la circulaire « Taubira » ne cesse d’être amplifié par les décisions de justice qui peu à peu rendent légaux les effets de la GPA en France.

De plus, des agences américaines de promotion de la GPA, telles qu’Extraordinary Conceptions ou Circle Surrogacy, ont aussi organisé des salons, à Paris le 22 février 2014, lors desquels rendez-vous et contrats pouvaient être fixés en toute impunité.

Quelle cohérence y a-t-il quand d’un côté, on reconnaît le côté intolérable de la GPA, et de l’autre, rien n’est fait pour l’empêcher, voire même, on accepte sa promotion ?

Insidieusement, au cas par cas, si rien n’est fait pour contrevenir à ce mouvement, la GPA entrera par la petite porte dans les pratiques légales. Or nous ne pouvons accepter une telle marchandisation du corps humain, un tel mépris de l’intérêt réel de l’enfant et de la mère à laquelle on l’arrache. Nous récusons une telle logique de marchandisation du corps, d’atteinte à la dignité de la femme et de confusion de la filiation.

Pour toutes ces raisons, je m’associerais à la proposition déposée avec Hervé Mariton à l’Assemblée nationale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s