Les conséquences d’un diktat

Goasguen dauphine 14 mars 3

Ce qui s’est passé hier lors de la réunion organisée par la Mairie de Paris témoigne des résultats d’une politique qui substitue le diktat à la concertation nécessaire à la prise d’une décision. Tout en regrettant les incidents, je rappelle à la Mairie de Paris qu’elle devra comprendre que le temps n’est plus à se substituer autoritairement à une concertation nécessaire avec les personnes concernées. L’exaspération des riverains d’hier tient au constat qu’on leur confirmait qu’ils étaient mis devant le fait accompli !
Je tiens à préciser que le 16e arrondissement n’a jamais refusé de centre d’hébergement et qu’il est aussi solidaire pour le moins que les autres arrondissements de Paris.
Mais la Mairie de Paris a préféré à la nécessaire concertation jouer des registres de basse politique en couvrant le 16e arrondissement d’une caricature qui lui permet de justifier ses propres insuffisances.
Il y a d’autres endroits dans le 16e qui pourraient accueillir des centres d’hébergement et je suis toujours prêt à en parler avec le Préfet de Région et la Mairie de Paris, s’ils consentent à vouloir en discuter.
Mon engagement de solidarité reste intact et un accord peut intervenir pour nous éviter les recours devant les tribunaux administratifs et les manifestations répétitives qui ne feront que monter les tensions.
Le temps de la concertation et de la démocratie participative est venu ! Le temps des diktats est révolu, dans le 16e comme ailleurs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s