La vérité sur le centre d’hébergement 6

permis de construire

Vous trouverez ci-joint l’éditorial du prochain journal d’arrondissement qui sera publié la semaine prochaine et qui répondra suffisamment à notre politique de solidarité et aux insultes diffusées par l’adjoint au logement à l’égard de notre arrondissement.

Editorial:

J’ai été, comme vous, très choqué par ce qui s’est passé le lundi 14 mars concernant le centre d’hébergement du Bois de Boulogne. Malgré mes efforts, la réunion a tourné à l’affrontement. Je condamne sans ambiguïté les propos inacceptables tenus à l’égard des responsables de la mairie de Paris et à l’égard de la préfète. Même lorsqu’il y a une incompréhension mutuelle, nous avons le devoir de nous appuyer sur les textes législatifs et non sur des actes et des paroles qui nous défigurent. Mais j’ai été davantage choqué encore par l’interprétation qu’une certaine presse a voulu faire du 16e arrondissement, cherchant à faire croire que c’est un arrondissement qui n’est pas solidaire.
A ceux de mauvaise foi, je voudrais apporter quelques informations : les riverains du Bois de Boulogne refusent le centre d’hébergement pour sa localisation dans le Bois de Boulogne ; les tribunaux, de ce point de vue, sont saisis. Quant à la mairie du 16e arrondissement, elle n’a jamais refusé d’héberger un centre d’hébergement, sous réserve qu’il ne soit pas construit  dans le bois de Boulogne, protégé par la loi.
Par ailleurs, s’agissant de la solidarité, nous n’avons de leçon à recevoir de personne. Je dirais que nous avons même une antériorité sur les autres d’avoir dans nos racines chrétiennes ce devoir de solidarité qui nous honore et qui peuple notre arrondissement. Devrais-je évoquer la Fondation d’Auteuil, anciennement Orphelins Apprentis d’Auteuil, dont nous célébrons le 150e anniversaire ? les centre paroissiaux comme le centre Corot de ND d’Auteuil, ou les entraides de Ste Jeanne de Chantal, de ND de l’Assomption de Passy, de l’Eglise réformée de l’Annonciation…  Mais de toute évidence, la mairie de Paris n’entend pas considérer comme centres sociaux ceux qui ont le caractère caritatif. J’évoquerai aussi le centre de la rue Chardon Lagache, résidence sociale de Paris Habitat gérée par l’association Aurore, le centre de la rue Van Loo, résidence sociale de jeunes travailleurs et travailleurs migrants, géré par l’association Adoma, le centre de l’avenue de Versailles, résidences de personnes handicapées en pleine modernisation dont nous venons de poser la première pierre avec l’OHT, le foyer « L’Archipel » ouvert il y a 2 ans, géré par l’association l’Arche, la hall St-Didier… mais aussi les repas solidaire servis dans la salle des fêtes de la mairie du 16e, l’expérimentation dans les rues  commerçantes de l’arrondissement d’un réseau de veille solidaire « PHARmacie – commerçANGE » attentif à toute détresse, la coordination des maraudes pour le suivi des SDF, le financement de multiples associations sociales sur fonds du maire d’arrondissement… Tout cela pour entendre des journalistes, ou pire, des responsables politiques, nous caricaturer, voire nous insulter.
La solidarité est un acte moral dont nous sommes tous comptables. Elle n’est pas un sujet de politique partisane. Je le dis, et je le répète : j’ai fait au préfet de région, que j’ai reçu, un certain nombre de contre propositions qui n’ont pas été entendues. L’affaire est donc devant les tribunaux. Mais je regrette que Mme Hidalgo, maire de tous les parisiens et de tous les arrondissements, ait laissé son adjoint et certains de ses amis propager des informations diffamatoires sur l’ensemble d ‘un arrondissement, englobant dans des propos haineux l’ensemble d’une population qui a le tort de ne pas se reconnaître en accord avec la majorité politique municipale. Je n’entends pas pour autant en faire un sujet polémique. Je ne manquerais par pourtant d’arguments sur le passé de ceux qui nous donnent des leçons de solidarité. J’ai toujours lutté contre tous les racismes, contre toutes les exclusives et contre toutes les atteintes au droit. Puisque je crois encore en la force du droit, je fais une confiance absolue dans tous les tribunaux, saisis de la légalité de cette initiative politicienne et brutale qui n’honore pas ceux qui parlent de démocratie participative et qui lui préfèrent la démocratie du diktat et de l’insulte.

Claude GOASGUEN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s