14 Juillet : l’horreur à Nice

Nice

L’émotion est profonde et la compassion est grande à l’égard des familles des victimes et de tous ceux qui vont rester traumatisés à vie par cet évènement.

Mais la colère est forte. Elle doit être celle des politiques. Je ne souhaite pas me laisser endormir une fois de plus dans le seul discours d’union nationale, certes nécessaire, mais qui n’est pas suffisant.

Après le Bataclan, beaucoup de résolutions avaient été prises, mais les bonnes résolutions de départ se sont oubliées devant les difficultés administratives qui dominent ce secteur comme les autres dans notre pays. Le gouvernement n’a pas su briser les résistances internes : divisions des services de renseignement, difficulté de mise en place d’un système européen, caractère tardif de la guerre contre Daesh, refus de mettre en place des juridictions d’exception et d’assimiler le terrorisme par des Français à des actes de trahison avec des peines (prévues pourtant par le code pénal) plus lourdes et des mesures de rétention. L’état d’urgence, même s’il faut le maintenir, ne suffit pas ; ce qui s’est passé hier le démontre. On ne peut pas continuer à tenir un discours informant que nous sommes en guerre et ne pas prendre des dispositions suffisantes pour mener cette guerre ! Cette guerre, qui sera longue, implique en effet des mesures exceptionnelles et une énergie nationale que nous ne retrouvons pas dans les mesures insuffisantes du gouvernement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s