Les voies sur berges, la futilité de l’exécutif parisien, le manque de moyens pour protéger les parisiens du risque terroriste : les échos du Conseil de Paris de septembre

cg-cp

Hommage à Jacques Dominati

Pour commencer la séance, l’ensemble du conseil de Paris a rendu hommage à Jacques Dominati.

Retrouvez la vidéo de mon intervention :

//platform.twitter.com/widgets.js

Le sort des voies sur berges est malheureusement scellé

La voie Georges-Pompidou restera donc fermée à la circulation automobile sur 3,3 km  du quai bas, de l’entrée du tunnel des Tuileries à la sortie du tunnel Henri-IV et ce malgré l’avis négatif rendu en août dernier par la commission d’enquête. Une fois de plus, Madame Hidalgo passe en force et comme à son habitude sans aucune concertation avec les élus d’opposition.

Après un simulacre de concertation en plein été, la Maire de Paris n’hésite pas à parler d’un projet dont l’enjeu serait la santé publique. Comment croire, alors qu’aucune offre de transports alternatifs ne leur est proposée que les automobilistes qui empruntent par obligation les quais rive droite pour aller travailler cesseront demain de prendre leur voiture ?

Rappelons que plus de 43.000 véhicules circulaient chaque jour sur ce trajet et que les études de report révélées une fois la concertation terminée montrent au contraire que les temps de trajet seront fortement allongés et que la pollution ne sera donc que déplacée et même aggravée sur les quais hauts.

Pour pallier l’argument d’une pollution aggravée, Madame Hidalgo a annoncé que des capteurs seraient installés pour en mesurer les taux. Il aurait été bien plus judicieux de les placer avant la fermeture pour analyser les répercutions de l’avant-après fermeture des berges.

La présidente de la région Île-de-France qui demandait à être associée au projet de fermeture, a créé « un comité d’évaluation » sur les conséquences de la piétonisation des voies sur berges de la rive droite. En effet, la fermeture des voies sur berges n’est pas un sujet seulement parisien mais aussi francilien et que les conséquences seront désastreuses pour l’ensemble de l’Ile de France.

Il s’agit la d’une très grave décision autoritaire qui engage l’avenir du Grand Paris.

La futilité de l’exécutif Parisien

Décidément Mme Hidalgo ne cesse de faire plaisir à ses partenaires écologistes. Après la fermeture des berges, l’exécutif parisien persiste dans sa déconnexion de la réalité en votant favorablement à un vœu du groupe écologiste concernant la création d’un espace réservé aux naturistes à Paris, assurant même le service après-vente par le biais de son premier adjoint Bruno Julliard.

La ‘’Bobocratie’’ n’a plus de limite.

La fin de la friche ‘’Assad ‘’

Depuis 2008, Claude Goasguen et les élus du 16e demandent sans relâche l’expropriation du terrain ‘’Assad’’. Le terrain en question, véritable décharge au milieu du quartier Auteuil Nord, à l’angle des rues Henri Heine/Jasmin est en friche depuis les années 90.

C’est donc favorablement que nous accueillons ce projet de création d’une vingtaine de logements sociaux et d’équipements de petite enfance. Nous serons néanmoins très attentifs à la qualité architecturale du projet, qui devra s’insérer dans ce quartier haussmannien.

S’agissant de l’équipement de petite enfance, que nous réclamions, nous souhaitons qu’en plus d’une crèche soit envisagé la création d’une PMI, lieu de rencontre privilégié par les jeunes parents de tout milieu. A la différence des autres arrondissements, le 16e ne dispose en effet que de 2 centres PMI, l’un à l’extrême nord et l’autre à l’extrême sud de l’arrondissement. Un centre PMI central dans l’arrondissement déchargerait considérablement les 2 autres, permettant la restructuration de celui du sud et l’agrandissement de la halte garderie mitoyenne.

Le Groupe LR pointe le manque de moyens pour protéger les parisiens du risque terroriste

La question d’actualité du Groupe LR au Conseil de Paris interrogeait la Maire de Paris et le Préfet de Police sur les moyens à mettre en œuvre pour protéger les parisiens du risque terroriste.

En effet, le Groupe LR avait proposé au Conseil de Paris de débattre de cette question essentielle qui est une des préoccupations majeures des parisiens. La Maire de Paris nous a informé vendredi dernier à deux jours du Conseil de son refus d’organiser cette discussion.

Il nous semble irresponsable de la part de la Mairie de Paris de faire preuve d’une telle inertie face à ce qui ne sonne plus comme une menace mais une réalité.

Au cours de sa question d’actualité, le Groupe LR a rappelé l’urgence à renforcer la capitale en caméras de vidéosurveillance de dernière technologie, à mettre en place une police municipale et à amplifier la sécurisation des établissements scolaires. Cela passe par une hausse immédiate du budget sécurité.

En réponse la majorité municipale a assuré mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour lutter contre le terrorisme et améliorer la sécurité dans la capitale.

Lorsque l’on se remémore cette voiture pleine de bombonnes de gaz abandonnée en stationnement pendant plusieurs heures en plein Paris, on peut raisonnablement douter que tous les efforts ne sont pas déployés pour assurer la sécurité des parisiens et on comprend ainsi mieux pourquoi la Maire de Paris a refusé ce débat.

La maternité des Bluets : un haut lieu parisien de l’accouchement menacé.

La décision est tombée en plein Conseil de Paris, en effet la maternité des Bluets a perdu sa certification. Cette décision rarissime de la Haute Autorité de santé (HAS) de ne pas accorder la certification survient alors qu’une partie des médecins, des soignants et des personnels administratifs contestent depuis le mois d’avril les choix stratégiques faits par l’association gestionnaire.
Il a été considéré que des dysfonctionnements graves, notamment en matière de gouvernance et de pilotage, faisaient courir un risque potentiel aux patientes

La fermeture de cette maternité serait une catastrophe pour les Parisiennes et Parisiens c’est pourquoi plusieurs élus du conseil de Paris ont demandé à l’exécutif parisien, d’apporter tout son soutien pour que cet établissement ne ferme pas ses portes, mais que des réels changements au sein de l’établissement étaient nécessaires pour se faire.

L’affaire parait néanmoins très ténébreuse, opposant dans la majorité municipale le groupe communiste et les élus socialistes du Conseil. Il sera nécessaire d’avoir une enquête approfondie à ce sujet. D’ores et déjà le député Claude Goasguen a déposé une question à l’Assemblée Nationale à ce sujet.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s