Archives pour la catégorie A l’Assemblée nationale

Mission en Irak et au Kurdistan dans le cadre de la Commission des Affaires Étrangères de l’Assemblée nationale

Arrivée à Bagdad, ville hautement sécurisée :

Entretien avec le Premier Ministre irakien, Adil Abd Al-Mahdi :

Entretien avec le Premier Ministre de la région autonome du Kurdistan, Netchirvan Barzani :

Visite d’un camp de réfugiés yézidis à côté de Dohouk, dans le Nord de l’Irak :

Entretien avec les enfants yézidis :

Visite de l’université de Mossoul :

Visite très dense en Irak et au Kurdistan pour examiner la situation humanitaire des centaines de milliers de réfugiés et notamment de femmes et d’enfants yézidis.

Retour à Mossoul qu’il faut encore sécuriser mais qui nous a permis d’ores et déjà d’apprécier la présence française dans la reconstruction de l’université de Mossoul.

J’ai déposé une question écrite à la Ministre de la justice au sujet de la hausse des actes antisémites en France

J’attire l’attention de Mme la Garde des Sceaux, Ministre de la justice sur les actes antisémites en hausse de 69% en 2018 en France.

Chaque agression perpétrée contre une personne parce qu’elle est juive est intolérable. Les 69% sont composés d’environ deux tiers de menace et d’un tiers d’action ; ils ne contiennent pas les contenus antisémites sur internet. Ce chiffres en hausse est très préoccupants car il est tendanciel, homogène sur les 9 derniers mois de cette année.

En conséquence, je vous demande quelles sont les intentions du Gouvernement afin de punir sévèrement les actes d’antisémitisme et vous comptez changer une stratégie qui a montré ses limites en n’hésitant pas à modifier profondément notre système pénal ? Vous pourrez vous inspirer en effet des procédures mises en place en Angleterre, notamment qui permettent de changer la nature de l’imputation antisémite en la présumant pour la victime : on pourrait présumer la sincérité de la déclaration de l’agressé en laissant à l’agresseur la charge de la preuve contraire. Ce système anglais qui est contraire à notre tradition juridique donne néanmoins des résultats beaucoup plus positifs dans la lutte contre l’antisémitisme. 

J’ai déposé une question écrite au Ministre de l’éducation nationale au sujet du harcèlement scolaire

J’attire l’attention de M. le Ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse sur le harcèlement scolaire qui frappe de plus en plus les jeunes au sein de nos établissements scolaires.

Le harcèlement scolaire toucherait environ 10% des élèves des primaires, 6% des collégiens et 1,4% des lycéens. Ces intimidations, humiliation et violences physiques répétés sont des comportements inadmissibles. Devant la multiplication de ces agissements intolérables, le corps enseignant est parfois démunis, mais doit néanmoins réagir et prendre des mesures adaptées au cas par cas.

En conséquence, je vous demande de bien vouloir m‘informer des mesures concrètes qui seront mises en place au sein des établissements scolaires afin de prévenir le harcèlement scolaire et quelles seront les mesures qui seront mises en œuvre pour punir ce dernier.

A l’Assemblée nationale, j’ai posé une question écrite au Ministre de l’Intérieur

J’attire l’attention du Ministre de l‘Intérieur sur l’implantation sans concertation d’un important centre de migrants, en voie de régularisation. Cette installation s’est faite sans concertation, boulevard Exelmans en lieu et place de l’ancienne caserne de gendarmerie. Cette implantation soulève beaucoup de questions sur la nature de la décision, sa rapidité, sur les raisons qu’on poussait le Gouvernement à prendre cette décision, mais surtout, cela pose la question de la sécurité pour les habitants.

En l’état actuel des choses, la Préfecture de Police et les autorités de Police du 16ème arrondissement reconnaissent n’avoir eu aucune aide supplémentaire, ni effectif suffisant pour surveiller ce centre ouvert.

En conséquence, il souhaite savoir si le Gouvernement prévoit de renforcer les effectifs en personnel afin de surveiller ce centre de migrants car l’inquiétude des habitants de l’arrondissement est tangible.

Entretien avec Pascal Canfin, Directeur Général du World Wild Fund for Nature (WWF) France, et avec le Contre-amiral Loïc Finaz, Directeur de l’École de guerre

Entretien avec Pascal Canfin, Directeur Général du World Wild Fund for Nature (WWF) France, et avec le Contre-amiral Loïc Finaz, Directeur de l’École de guerre portant sur les conséquences sur le dérèglement climatique et sur l’évolution des stratégies militaires françaises.

Les perspectives très inquiétantes du réchauffement de la planète  devraient inciter le Gouvernement à respecter avec plus de rigueur les engagements qu’il a lui-même proposé à la communauté internationale, selon l’adage bien connu « faites ce que je dis et ne faites pas ce que je fais ».

L’Europe peut bénéficier de sa position encore dominante sur le plan commercial et de ses avancées sur le plan technologique pour promouvoir une économie circulaire qui contraindrait l’Etat bien sûr à se réorganiser.

Nous sommes loin des petites avancées autoritaires de Madame Hidalgo qui fait semblant de protéger notre environnement.

Je pose une question écrite au Ministre de l’environnement

J’attire l’attention du Ministre de l’environnement sur la nécessité à respecter les normes prévues par l’accord de Paris sur le climat.

Le respect de cet accord dépasse les clivages politiques et suscite beaucoup d’intérêt. Néanmoins, il pose un certain nombre de questions : le gouvernement respecte t-il les normes qu’il a lui-même proposé à la communauté internationale ? Comment peut-il le faire ? A t-il l’intention de procéder à une révision conforme à ses propos et quelles seront les conséquences financières ?

La France doit soutenir le Liban, clé de voute de la stabilité d’une région martyre

Alors que les négociations sur la formation du futur gouvernement libanais sont toujours en cours, la délégation parlementaire, dont je faisais partie avec Marielle de Sarnez  a rencontré le Président de la République, Michel Aoun, le Président du Conseil, Saad Hariri, le président de l’Assemblée nationale, Nabih Berri, le Président de la Commission des affaires étrangères, Yassine Jaber, ainsi que des députés membres de cette commission issus de l’ensemble des partis politiques. 

Nous avons évoqué la situation politique intérieure et internationale, soulignant l’importance de la stabilité du Liban et de son indépendance par rapport aux conflits régionaux. Nous avons souligné l’urgence à mettre en œuvre les engagements réciproques de la conférence CEDRE, condition nécessaire du redressement de l’économie libanaise.

Nous nous sommes rendus sur la « blue line », auprès du contingent français de la FINUL, et on a pu constater l’efficacité du dispositif déployé pour maintenir la paix dans le Sud Liban. Outre ce contingent de 700 militaires français, le soutien de la France se manifeste par une ligne de crédits de 400 millions d’euros pour les services de sécurité libanais.

Nous avons rencontré des réfugiés syriens au camp informel d’Azzieh et ont pu échanger avec les familles. La France s’est engagée à hauteur de 380 millions d’euros lors de la dernière conférence de Bruxelles pour aider le Liban à faire face à l’accueil des 1,5 million de réfugiés. Députés et sénateurs ont appelé de leurs vœux des progrès dans la mise en œuvre d’une solution politique en Syrie.

Visite des étudiants doctorants de l’université de Tsinghua en Chine

Partenaire de l’université de Paris- Dauphine, et dans le cadre d’un programme de Doctorat avec l’université de Tsinghua en Chine, j’ai accueilli des étudiants doctorants chinois pour une visite de l’assemblée nationale.

Avec leur Professeur Bernard Fernandez, j’ai eu le plaisir de leur faire découvrir le Palais Bourbon et le processus législatif.

Rencontre avec l’Ambassadeur d’Egypte en France dans le cadre du Groupe d’Etudes sur les chrétiens d’Orient

La situation s’améliore en Égypte entre le monde musulman et les différentes composantes de la chrétienté égyptienne, notamment les coptes. Beaucoup d’initiatives dans ce sens sont prises par le régime actuel.
Les problèmes juridiques posés par la mixité dans le droit des personnes sont toujours présentes mais j’ai pu moi-même constater au cours d’un récent voyage au Caire que l’esprit de pacification et de diversité progressait. J’ai pu évoquer par ailleurs les problèmes concernant la mise en place de l’Union pour la Méditerranée.