Archives pour la catégorie Nationale

Des ordonnances pour la SNCF ?

 

Il y a des sujets qui ne sont ni de droite, ni de gauche, mais dont l’urgence est nationale. Il est évident que le déficit de la SNCF (45 milliards d’euros), les difficultés que rencontrent les usagers et les impératifs de la concurrence européenne, nécessitent d’aller rapidement vers une solution.

Sur un problème aussi grave, la solution par ordonnances me paraît adaptée par l’urgence. Elle sera bien sûr précédée d’une concertation avec les syndicats comme l’a précisé le 1er Ministre Édouard Philippe. Elle sera l’objet d’un débat au parlement et nous serons très attentifs au maintient des lignes nécessaires à notre aménagement du territoire.

Je ne conçois pas de céder aux menaces syndicales  sur un sujet aussi dramatique qui aurait dû être porté par les majorités de droite depuis longtemps et qui faisait de notre programme aux élections présidentielles.

A la différence de ce que je ferai pour la loi Asile et Immigration, en condamnant ce gouvernement, je crois qu’il est de notre intérêt de soutenir la position du 1er Ministre, qu’il a exprimé lundi 26 mars.

Rencontre avec une délégation de responsables juifs américains et canadiens

Avec des représentants du l’UJPF, nous avons évoqué la question de la recrudescence de l’antisémitisme en France.  Elle inquiète nos partenaires de l’autre côté de l’Atlantique. Je les ai informé des difficultés que la France rencontre dans ce domaine liées à l’islamisme et à la faiblesse des sanctions de la loi française.

Relance de la politique en faveur des Chrétiens d’Orient

Le groupe d’études à l’Assemblée Nationale dont je partage la Présidence avec Gwendal Rouillard (LREM) en contact permanent avec le Ministre des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian, a décidé d’accentuer les efforts en faveur des Chrétiens d’Orient en réunissant les députés déjà en nombre qui ont décidé de nous aider dans cette action.

J’entends mener en effet, comme je l’ai toujours fait dans le 16e arrondissement, une action pour les chrétiens qui sont en difficulté au Moyen-Orient. Je mènerai cette politique en collaboration avec les paroisses catholiques du 16e arrondissement et celles des Chrétiens d’Orient, qui se trouvent le plus souvent dans le 16e.

Nous pouvons nous appuyer sur Patrick Karam, Vice-président de la Région Île-de-France et président de la Coordination des Chrétiens d’Orient en Danger (CHREDO), toujours présent, à mes côtés, dans ce combat.

Mais c’est surtout aux habitants du 16e arrondissement, chrétiens ou non, que ce combat s’adresse et nous comptons sur vous !

AME : le maquillage des chiffres

On aurait tort de croire que l’AME (Aide Médicale pour les Étrangers en situation irrégulière) se limite à un débat sur la nature de cette aide contestable. Je regrette que le gouvernement actuel ait repris la même politique que ses prédécesseurs en refusant d’analyser la réalité des choses et les abus que suscitent l’AME.
Mais la supercherie des chiffres est encore plus grave. Depuis plusieurs années, j’ai montré comment les gouvernements successifs parvenaient à dissimuler les vrais montants de l’AME.
Nous sommes aujourd’hui sans doute au delà du milliard et demi d’euros et non sur les 980 millions d’euros déclarés dans la loi de finances.

La mauvaise sentence sur le procès Merah

Les difficultés issues du débat du procès Merah montrent les lacunes du droit français et plus généralement de la politique de la France dans ce domaine.
Le droit français ne veut pas reconnaître, et la plupart des politiques non plus, que nous sommes dans une situation d’exception et dans un climat de guerre contre le terrorisme islamiste.
En essayant d’adapter un droit pénal à peine modifié à une situation d’exception, il est évident que le verdict ne serait pas satisfaisant et qu’il fera très certainement l’objet d’un appel, qui d’ailleurs, ne sera pas plus satisfaisant.
Tanr que la France refusera d’appliquer les dispositions du livre 4 du code pénal, notre riposte à la guerre contre les islamistes ne sera pas satisfaisante.

Le discours libéral du Président Macron

French President Emmanuel Macron speaks during his first interview from the Elysee Palace in Paris, on October 15, 2017. / AFP PHOTO / POOL / PHILIPPE WOJAZER

L’exposé du Président Macron hier soir a suscité beaucoup de critiques de la part de la presse et des internautes. L’ampleur des critiques montre à quel point la France s’est éloignée du discours libéral qui est pourtant de toute évidence la clé de la future réussite de notre pays. Bien sûr, certains aspects de la politique présidentielle n’ont pas été suffisamment évoqués, en particulier celui de la sécurité et des flux migratoires. Néanmoins, on ne peut qu’apprécier la fermeté de l’engagement libéral du Président de la République. Même si les lendemains seront difficiles, les seules réformes importantes reposent sur ces deux idées essentielles de liberté et de protection qui ont été réaffirmées. Je comprends l’animosité des biens pensants de gauche contre ce discours mais je comprends beaucoup moins les résistances de certains leaders de la droite républicaine, qui devraient au contraire être satisfaits par la tenue d’un discours libéral que l’on avait plus l’habitude d’entendre.

Aller plus loin dans la guerre contre le terrorisme

Il ne suffira pas de réunir les professionnels du renseignement autour d’une table, même si cela peut être utile. Il faudra enfin que le Gouvernement utilise les dispositions du livre 4 du code pénal, toujours en vigueur, qui permettent d’alourdir les sanctions et une meilleure dissuasion. Sur mes conseils, le programme de la Droite l’avait proposé lors des élections présidentielles. Il n’y aura pas d’autre solution. Il faut en finir avec cette lenteur d’application judiciaire des mesures contre l’islamisme et le salafisme.

Enfin un vrai Ministre de l’Éducation Nationale

Il faut soutenir sans ambiguïté les initiatives du nouveau Ministre de l’Éducation Nationale,  Jean-Michel BLANQUER, sur les rythmes scolaires, sur le redoublement et  sur le soutien scolaire. Il se heurtera sans doute  au conformisme des syndicats de l’Éducation Nationale, que je connais fort bien,  pour avoir été moi-même Recteur d’Académie pendant quelques années. Soutien sans ambiguïté  pour revenir à une éducation nationale qui sorte des lubies de Madame Najat Vallaud-Belkacem.