Archives pour la catégorie Paris

Bertrand Delanoë se met hors la loi

Interview de Claude Goasguenpar Marie-Estelle Pech pour le Figaro du samedi 18 octobre

Pour le maire UMP du XVIe arrondissement de Paris, la position du maire de Paris vise à ne pas heurter les militants socialistes et les syndicats d’enseignants.

LE FIGARO. Comment interprétez-vous la décision du maire de Paris de ne pas appliquer le service d’accueil minimum ?
Claude GOAS GUEN. -Delanoë ne nous surprend pas. Quand j’ai proposé un texte sur le service minimum à Paris en juillet, j’en avais auparavant discuté avec Xavier Darcos et j’étais convaincu que Bertrand Delanoë refuserait. Dans un premier temps, à ma grande surprise, il a accepté de l’appliquer, mais il a vite reculé sous les pressions de ses collègues socialistes et des syndicats d’enseignants, très puissants au PS : en s’approchant du congrès de son parti, il s’est rendu compte que les militants risquaient de le lui faire payer.

Votre analyse est sans appel…
Cette décision, c’est une supercherie politicienne de Bertrand Delanoë. Il se met hors la loi en refusant d’appliquer le droit d’accueil des élèves. Entre son métier de maire et celui de candidat à la tête du Parti socialiste, on voit bien qu’il a choisi la deuxième option. Il ne s’occupe pas des conséquences pour les familles. C’était tout de même insensé de demander cette semaine aux parents de garder leurs enfants chez eux.

La Mairie justifie sa décision, en évoquant un nombre insuffisant d’animateurs pour assurer la sécurité des enfants gardés.
Ce prétexte est totalement fallacieux. Car la loi prévoit que dans le cas où le maire de Paris ne peut pas mobiliser le personnel nécessaire, les maires d’arrondissement peuvent se substituer à lui, saisir les caisses des écoles et désigner du personnel. Les maires de droite se réuniront prochainement pour en discuter. À raison de deux ou trois animateurs par école, ce n’est pas bien compliqué! Et si on ne trouve pas assez d’animateurs, on peut demander aux parents eux-mêmes de garder les enfants dans les écoles, s’ils sont disponibles. Après tout, ce ne sont pas les plus mal placés pour garder des enfants! Jeudi, certaines associations de parents d’élèves se sont mobilisées et cela s’est très bien passé. On peut aussi faire appel à des enseignants à la retraite. Il y a des solutions.

Grève dans les écoles

Paris, 15 oct 2008 (AFP) – Le maire UMP du XVIème arrondissement Claude Goasguen a accusé mercredi le maire PS de Paris Bertrand Delanoë de se mettre
"hors-la-loi en refusant d’appliquer le droit d’accueil des élèves
(…), par l’absence de mise à disposition de personnels d’accueil".

"En
se conduisant ainsi, Bertrand Delanoë oublie qu’il est le maire de
Paris et privilégie une attitude militante et politicienne en appelant
à la désobéissance civile, sans craindre les conséquences pour les
familles : pédagogique pour les enfants et économique pour les
parents", a estimé M. Goasguen  dans un communiqué.

La
mairie de Paris a demandé mardi aux parents qui le peuvent de ne pas
envoyer leurs enfants jeudi à l’école, en avertissant qu’elle aurait
des difficultés à mettre en place le service minimum d’accueil (SMA)
prévu par la loi.

Dans un communiqué, elle a averti que
la grève des enseignants serait "massive" à Paris et prévenu que
l’accueil des enfants sera d’autant plus difficile à assurer que
plusieurs syndicats des personnels d’animation de la ville ont
également déposé un préavis de grève pour jeudi.

Cependant, interrogée par l’AFP, la mairie a affirmé qu’"aucune école ne sera fermée".
      

Sifflets au stade de France

Paris, 15 oct 2008 (AFP) – Le député UMP de Paris, Claude Goasguen,
a regretté mercredi l’attitude du secrétaire d’Etat aux Sports, Bernard
Laporte, qui, selon lui, aurait dû quitter le Stade de France lors des
sifflets contre la Marseillaise avant France-Tunisie.

"Le
ministre aurait dû partir. On ne peut pas imaginer qu’un représentant
de la France puisse ainsi entendre l’hymne national insulté", a-t-il
déclaré dans les couloirs de l’Assemblée nationale.      
       

A
l’inverse, son collègue UMP des Yvelines, Jacques Myard, a estimé que
"c’est aux petits merdeux de quitter le stade, pas aux ministres".

Impôts en hausse pour 2009

Réaction de Claude Goasguen, au micro de LCI, à l’annonce par la mairie de Paris d’une augmentation de 9% des impôts locaux :

" Cela ne m’inspire rien, puisque Delanoë l’avait annoncé. Pour une fois qu’il avait dit la vérité avant les élections, je me félicite qu’il ait tenu ses engagements, si j’ose dire. Non, j’espère que le soubresaut économique va inciter le maire de Paris à gérer d’une manière un peu plus convenable, désormais, les intérêts de la ville de Paris. Parce que Paris est une ville qui est mal gérée, contrairement à ce que croient les Parisiens."

Paris, les maires de droite inquiets des diminutions budgétaires envisagées

Paris, 15 sept 2008 (AFP) –
Les huit maires parisiens d’arrondissement de droite ont fait part
lundi de leurs "inquiétudes sur les diminutions budgétaires envisagées
par le maire de Paris", après avoir été reçus pendant une petite heure
par le maire PS, Bertrand Delanoë.

L’entretien, qu’ils
avaient demandé aussitôt après les municipales, portait sur les
éventuels transferts de compétences de la mairie centrale aux mairies
d’arrondissement et les transferts financiers qui les accompagneraient.      
       

Les
maires de droite ont également plaidé pour plus de "déconcentration et
de décentralisation" et insisté "pour que leurs avis soient mieux pris
en compte", selon un communiqué diffusé par le groupe UMP de l’Hôtel de
ville.

Selon eux, M. Delanoë "a semblé surpris par cette
situation et a indiqué que la ville de Paris traversait un contexte
budgétaire très difficile".       
       

"Il va falloir apprendre à
faire des économies, vous demandez plus d’argent, mais il faut que tout
le monde se serre la ceinture", a déclaré M. Delanoë selon le maire du
1er arrondissement, Jean-François Legaret, interrogé par l’AFP.

"Malgré
l’augmentation programmée sur deux ans de la fiscalité locale, le maire
de Paris semble vouloir faire porter sur les arrondissements la rigueur
qu’il refuse de s’appliquer à lui-même", ont estimé les huit élus.

"Sur
le fond, le maire de Paris n’a pris aucun engagement précis sur les
sujets évoqués, se contentant de renvoyer à des études conduites par
ses adjoints", ajoutent-ils.  Selon M. Legaret, M. Delanoë a indiqué que "de toute façon, (il) ne fera pas plus que ce qui se fera à Lyon et à Marseille".

Le
président UMP de la commission des Finances à l’Hôtel de ville a répété
que M. Delanoë avait décidé de "s’octroyer une augmentation très
significative des recettes fiscales pendant deux ans". "Cà permet quand
même de vivre relativement confortablement", a-t-il conclu.

Benoît XVI et les jeunes

J’étais présent à la messe des Invalides samedi matin, et je voudrais dire à quel point cette manifestation a été une réussite.
D’organisation d’abord. Je félicite les jeunes volontaires, et nombreux étaient issus des établissements du 16ème, qui se sont dévoués pendant 48h pour que l’accueil du Saint Père soit à la hauteur d’une capitale.
L’ambiance aussi. Exceptionnelle par la richesse intellectuelle  des propos tenus par Benoît XVI, fin théologien. Exceptionnelle par la tolérance exprimée. Après les JMJ, les jeunes se sont de nouveau mobilisés et nous sommes très loin des caricatures habituellement dressées de la jeunesse croyante.

Enfin, on me dira qu’il n’appartient pas à des représentants de la nation de participer à des manifestations religieuses. Ce n’est pas l’analyse que je fais de ma fonction d’élu. Député, je n’en suis pas moins catholique pratiquant et c’est avant tout l’homme qui était présent à l’office de samedi. Néanmoins il me paraît naturel de rappeler avec force que l’Europe a des fondements judéo-chrétiens qu’il serait absurde de nier .
Pourquoi ferait-on à un chef d’Etat, chef spirituel d’un milliard de croyants, un accueil privé de simple particulier ?
La laïcité positive, c’est accepter la différence et la tolérance.

La rentrée

La rentrée scolaire s’est bien passée dans les établissements publics et privés du 16ème arrondissement, ce qui lèvent les inquiétudes que l’on pouvait avoir sur l’approbation de la politique gouvernementale. Je me suis rendu dans plusieurs établissements cette semaine et j’ai senti une communauté éducative déterminée autour d’équipes éducatives motivées, et de parents d’élèves très attentifs.

Par ailleurs, je suis scandalisé par les photos publiées par Paris Match sur l’Afghanistan.
J’ai déjà eu l’occasion d’exprimer que nous étions en guerre contre des terroristes, qui s’ils ne pouvaient gagner sur le terrain militaire, utiliseraient l’opinion publique. Nous en avons le parfait exemple !
Je suis stupéfait d’entendre des parlementaires de tout bord, par leurs questions et leurs doutes, faire le jeu des manipulateurs talibans. Je partage l’appréciation de Max Gallo : nous avons des soldats jeunes et courageux engagés que nous devons soutenir.

Que Paris Match ait publié des photos de ce type est lamentables, que des journalistes et photographes laissent entendre que les talibans coupables des meurtres des nôtres ne sont des bourreaux et des terroristes est inadmissible.
J’espère que la manière dont ils ont pu avoir des contacts avec nos ennemis servira aux renseignements de nos troupes car il s’agit d’une guerre et l’information dans ces conditions doit être soumise à l’appréciation de la Défense nationale, même si cela choque les bons esprits et les vertueux de salon.
Il faut d’abord éviter la mort aux nôtres.

Droit d’accueil dans les écoles 2

Suite à l’adoption des amendements présentés par les députés de Paris UMP à la loi relative au droit d’accueil des élèves dans les écoles maternelles et primaires, Claude Goasguen a rédigé un communiqué de presse :

L’Assemblée Nationale,
réagissant au sectarisme de Bertrand DELANOE, a décidé
de donner tous les moyens aux Maires d’arrondissement pour assurer
l’ouverture des écoles primaires en cas de grève du
personnel.

Dorénavant,
les Maires d’arrondissement, Présidents des Caisses
d’Ecoles, seront dotés de pouvoir d’information préalable
et de moyens propres pour assurer l’ouverture et l’accueil des
élèves des écoles publiques et privées
sous contrat.

Ce
vote s’inscrit dans une volonté d’assurer une vraie
liberté aux familles parisiennes concernées et témoigne
d’un accroissement des pouvoirs des Maires d’arrondissement dans
le cadre d’une décentralisation nécessaire des
pouvoirs.

Projet de loi PPP, ça commence

L’examen du projet de loi relatif aux contrats de partenariat a commencé à l’Assemblée nationale en séance du soir mercredi 25 juin, et se poursuivra toute la journée.

Claude Goasguen, en qualité de rapporteur, a introduit le projet de loi à la tribune :

<!–
@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm }
P { margin-bottom: 0.21cm }

"Enfin ! Ce projet de
loi facilitera enfin le recours aux contrats de partenariat public –
privé en améliorant le régime juridique issu de
l’ordonnance du 17 juin 2004. Grâce à
l’élargissement des conditions de recours, le contrat de
partenariat deviendra en effet un mode de commande publique de droit
commun.

S’agit-il d’une novation juridique ? Pas du
tout. Les expériences britanniques, espagnoles, italiennes,
portugaises, allemandes, ou encore canadiennes ont démontré
tous les avantages de ce type de partenariat par rapport aux marchés
publics classiques.

Le premier avantage, c’est la simplicité.
La personne publique n’a plus qu’un seul interlocuteur. Le
deuxième, c’est le prix : en passant un marché
global, on réalise des économies d’échelle.

D’après toutes les études, un
partenariat public-privé coûte en moyenne de 10 à
15 % moins cher qu’un marché classique.

Lire la suite Projet de loi PPP, ça commence

Le PPP Nimbus

Article paru dans le Bulletin quotidien du 19/06/08

Adopté en 1ère lecture au Sénat, le projet de loi sur les contrats de partenariat, qui vise à faciliter le lancement en France de projets associant financements publics et privés, fait son entrée au Palais Bourbon. La commission des lois de l’Assemblée, saisie au fond, et la commission des finances, saisie pour avis, se sont en effet réunies hier pour débattre. Le texte sera examiné en séance publique la semaine prochaine.

A l’initiative de son rapporteur, le député UMP de Paris Claude Goasguen, la première a proposé d’introduire dans ce texte quelques éléments de fond. Le premier, déposé par le rapporteur, donne une prime à l’innovation : il prévoit une indemnisation des entreprises qui proposent un projet innovant à une personne publique, lorsque celle-ci utilise le concept proposé en contractant avec une autre entreprise. Aux yeux du rapporteur, il s’agit notamment d’éviter qu’un compétiteur ne renonce à proposer une innovation de peur qu’elle soit reprise par la collectivité locale alors même qu’il n’a pas remporté le marché. 
 

Lire la suite Le PPP Nimbus

Goasguen veut couper le cordon avec l’UMP

Article paru dans le Métro du 18 mars 2008

Le député UMP Claude Goasguen, seule tête de liste UMP à Paris à être passée au 1er tour des municipales a appelé hier à une "remise en cause complète de la relation entre l’UMP Paris et l’UMP nationale" pour avoir "de vraies équipes locales" capables de l’emporter. Affirmant sur France Inter que "la gauche a compris plus vite" que la droite l’importance "d’une démocratie locale, citoyenne", l’élu a appelé à "couper le cordon ombilical" avec la direction nationale de l’UMP pour développer l’autonomie de la branche parisienne du parti. Il a par ailleurs ajouté que la droite allait pouvoir profiter des ambitions nationales avérées de Bertrand Delanoë : "En réalité il n’est plus maire de Paris, il est candidat au congrès du PS et va vouloir être 1er secrétaire du Parti socialiste. La chance de la droite c’est de profiter de l’espace qui va être créé au niveau de la démocratie locale".

Electeurs de droite et du centre, mobilisez-vous !

Dimanche, les électeurs de droite et du centre doivent se mobiliser et voter pour les candidats de l’UMP.
L’abstentionnisme de dimanche dernier est un avertissement que nous avons bien entendu, mais il s’agit maintenant de décider de l’avenir de Paris pour les 6 prochaines années. C’est dimanche ou jamais ! Ne nous tirons pas une balle dans le pied en faisant le jeu de Bertrand Delanoë !

16 listes défendant les couleurs de l’UMP sont encore en lice dans 15 arrondissements, car nous avons à Paris l’exception culturelle…  Alors que dans toute la France, les candidats investis par l’UMP, perdant la primaire du premier tour, face à une liste UMP dissidente, se sont retirés (Renaud Dutreil à Reims est l’exemple le plus marquant), dans le 8ème arrondissement, cette règle n’a pas été respectée…

Conséquences : la campagne s’enlise, les coups sous la ceinture pleuvent, les journaux se régalent et le juge saisi en référé statue que le candidat, dit dissident, François Lebel, "maire UMP sortant, justifie de son appartenance à l’UMP et de la délivrance à son profit d’une carte d’adhérent reproduisant le logo de l’UMP, et que contrairement aux affirmations de la partie demanderesse, il n’a sur aucun des documents électoraux ou tracts produits revendiqué l’investiture de l’UMP mais seulement fait état de son appartenance réelle à ce parti politique".

Parfois, à Paris, on fait passerait bien de l’exception culturelle…