Archives pour la catégorie Paris

Le PPP Nimbus

Article paru dans le Bulletin quotidien du 19/06/08

Adopté en 1ère lecture au Sénat, le projet de loi sur les contrats de partenariat, qui vise à faciliter le lancement en France de projets associant financements publics et privés, fait son entrée au Palais Bourbon. La commission des lois de l’Assemblée, saisie au fond, et la commission des finances, saisie pour avis, se sont en effet réunies hier pour débattre. Le texte sera examiné en séance publique la semaine prochaine.

A l’initiative de son rapporteur, le député UMP de Paris Claude Goasguen, la première a proposé d’introduire dans ce texte quelques éléments de fond. Le premier, déposé par le rapporteur, donne une prime à l’innovation : il prévoit une indemnisation des entreprises qui proposent un projet innovant à une personne publique, lorsque celle-ci utilise le concept proposé en contractant avec une autre entreprise. Aux yeux du rapporteur, il s’agit notamment d’éviter qu’un compétiteur ne renonce à proposer une innovation de peur qu’elle soit reprise par la collectivité locale alors même qu’il n’a pas remporté le marché. 
 

Lire la suite Le PPP Nimbus

Goasguen veut couper le cordon avec l’UMP

Article paru dans le Métro du 18 mars 2008

Le député UMP Claude Goasguen, seule tête de liste UMP à Paris à être passée au 1er tour des municipales a appelé hier à une "remise en cause complète de la relation entre l’UMP Paris et l’UMP nationale" pour avoir "de vraies équipes locales" capables de l’emporter. Affirmant sur France Inter que "la gauche a compris plus vite" que la droite l’importance "d’une démocratie locale, citoyenne", l’élu a appelé à "couper le cordon ombilical" avec la direction nationale de l’UMP pour développer l’autonomie de la branche parisienne du parti. Il a par ailleurs ajouté que la droite allait pouvoir profiter des ambitions nationales avérées de Bertrand Delanoë : "En réalité il n’est plus maire de Paris, il est candidat au congrès du PS et va vouloir être 1er secrétaire du Parti socialiste. La chance de la droite c’est de profiter de l’espace qui va être créé au niveau de la démocratie locale".

Electeurs de droite et du centre, mobilisez-vous !

Dimanche, les électeurs de droite et du centre doivent se mobiliser et voter pour les candidats de l’UMP.
L’abstentionnisme de dimanche dernier est un avertissement que nous avons bien entendu, mais il s’agit maintenant de décider de l’avenir de Paris pour les 6 prochaines années. C’est dimanche ou jamais ! Ne nous tirons pas une balle dans le pied en faisant le jeu de Bertrand Delanoë !

16 listes défendant les couleurs de l’UMP sont encore en lice dans 15 arrondissements, car nous avons à Paris l’exception culturelle…  Alors que dans toute la France, les candidats investis par l’UMP, perdant la primaire du premier tour, face à une liste UMP dissidente, se sont retirés (Renaud Dutreil à Reims est l’exemple le plus marquant), dans le 8ème arrondissement, cette règle n’a pas été respectée…

Conséquences : la campagne s’enlise, les coups sous la ceinture pleuvent, les journaux se régalent et le juge saisi en référé statue que le candidat, dit dissident, François Lebel, "maire UMP sortant, justifie de son appartenance à l’UMP et de la délivrance à son profit d’une carte d’adhérent reproduisant le logo de l’UMP, et que contrairement aux affirmations de la partie demanderesse, il n’a sur aucun des documents électoraux ou tracts produits revendiqué l’investiture de l’UMP mais seulement fait état de son appartenance réelle à ce parti politique".

Parfois, à Paris, on fait passerait bien de l’exception culturelle…

L’Essentiel c’est vous !

Panafgoegenv2bd_2

Françoise de Panafieu, notre candidate à la mairie de Paris, vous présente son contrat de mandature :

<p><p><p><p>SI VOUS LE DECIDEZ JE SERAIS LE MAIRE</p></p></p></p>

&amp;amp;amp;lt;!–
@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm }
P { margin-bottom: 0.21cm }
–&amp;amp;amp;gt;

"Présider
le Conseil de Paris, à la fois conseil municipal et conseil
général, diriger une administration de près de
50000 agents publics, gérer un budget de près de 7 Mds
d’euros, sont de très lourdes responsabilités. Pour
moi, devenir Maire de Paris, cela signifie prendre l’engagement
auprès de plus de 2 millions de personnes de mettre, durant
six ans, toute mon énergie, tout mon temps à trouver
les solutions pour améliorer la vie de ceux qui habitent et
qui travaillent dans Paris. Je renoncerais à mon mandat de
Député et je n’exercerais aucune autre responsabilité
politique.
 Je
n’ai pas d’autres ambitions que celle de me consacrer à
vous.

Je serai un  Maire à plein temps.

Pour
répondre aux défis auxquels toute métropole est
aujourd’hui confrontée, Paris a besoin d’un Maire
 qui
ne se contente pas de gérer la pénurie, de bénéficier
de rentes de situation, ou de rejeter la responsabilité sur
ses adversaires politiques. Paris a  besoin d’un Maire qui
entreprend, qui ose, qui fait preuve d’initiative pour que sa ville
se développe ; un Maire qui n’hésite pas à
négocier s’il le faut, avec  l’Etat, avec les
entreprises publiques ou privées.  Un Maire qui n’oublie pas
qu’il gère les deniers du contribuable : c’est à
lui d’impulser et de coordonner l’activité de
l’administration parisienne et les multiples sociétés
et services qui lui sont rattachés. Comme un véritable
chef d’entreprise performante, le Maire de Paris doit fixer des
objectifs, vérifier qu’ils sont réalisés, en
rendre compte à ses administrés, accepter d’être
contrôlé, revendiquer les responsabilités…
Je
serai un Maire « manager ».

Pour
continuer à se développer, Paris a besoin sans cesse de
nouvelles entreprises, de nouveaux visiteurs, de nouveaux chercheurs,
de nouveaux étudiants qui viennent travailler, s’installer,
étudier, se détendre…. C’est au Maire de Paris de
valoriser les avantages de sa ville et de créer les conditions
susceptibles de les attirer. Pour continuer à se développer,
Paris doit en permanence se comparer et rechercher ce qui se fait de
meilleur dans les autres villes du Monde ; avec humilité,
pour que les Parisiens bénéficient des expériences
réussies ailleurs. Paris a, par ailleurs, besoin d’exporter
ses « savoir faire ». Le Maire  de Paris doit
conduire à l’Etranger les entreprises parisiennes qui
cherchent à se faire connaître, à s’implanter
et rechercher des débouchés.
Je
serai un Maire ambassadeur

Le
fait d’avoir exercé les responsabilités de Maire
d’arrondissement, au contact permanent de la population pendant
sept ans, m’a permis de vérifier quelles étaient les
véritables préoccupations quotidiennes des
Parisiens: se  loger, trouver un emploi, se déplacer, vivre en
toute sécurité ….Le rôle d’un maire,
c’est en premier lieu, d’apporter des réponses  à
ces besoins fondamentaux. Il doit en faire ses priorités et y
consacrer les moyens nécessaires ; et non consacrer
l’essentiel à la communication. Ce n’est qu’une fois
cette tâche accomplie, qu’il peut s’intéresser à
« l’accessoire ».
Je
serai le Maire de l’essentiel."

Pour lire l’intégralité du contrat de mandature : cliquez ici

Goasguen déplore les « écarts de langage permanents  » de Kouchner

Dépêche AFP parue le  dimanche 16 décembre

Claude Goasguen, tête de liste UMP dans le 16ème arrondissement de Paris, a déploré dimanche "les écarts de langage permanents" de Bernard Kouchner, après le soutien implicite du chef de la diplomatie au maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, et l’a appelé à "en tirer les conséquences".
"Décidément, Kouchner aura cette caractéristique de mal contrôler ses propos. Jusqu’à présent, il n’avait fait que des bévues en matière de politique étrangère. On voit désormais qu’il ne connaît pas les enjeux  politiques" nationaux, a-t-il déclaré à l’AFP.
Le même jour, sur Radio J, l’ex-socialiste Bernard Kouchner a déclaré qu’une réélection de l’actuel maire PS de la capitale "ne lui déplairait pas", avant d’ajouter : "je ne vous ai dit que Françoise de Panafieu me déplaisait ".
"Il faudra s’habituer à ce que Kouchner dise n’importe quoi et c’est assez gênant au poste qu’il occupe. Cela ne me déplairait pas qu’il tire les conséquences de son acte…" a ajouté M. Goasguen, sans davantage de précisions.

Panafieu a fédéré tous les élus UMP derrière elle

Adhérez au comité de soutien pour Françoise de Panafieu et participez à la campagne des municipales dans le 16ème arrondissement : remplissez le bulletin de soutien

Interview de Claude Goasguen par Guillaume Perrault dans le Figaro du 22/10

GP : Vous considérez que la droite peut reprendre Paris, n’est-ce pas un optimisme de commande ?

CG : Non car Delanoë va devoir s’expliquer sur son bilan, très négatif. Sa politique "antivoitures" est dictée par l’idéologie. Aucune place de parking n’a été créée. Le métro a été négligé. Paris est la capitale la plus sale d’Europe.
Delanoë ment admirablement : il s’attribue des réalisations -écoles primaires, crèches- décidées sous la précédente mandature. Il sort de son rôle en organisant une consultation sans fondement juridique sur le droit de vote des étrangers aux élections locales. Les impôts locaux n’ont pas augmenté… ça n’a rien d’un exploit : Delanoë a reçu l’an dernier 870 millions au titre des droits de mutation !

Lire la suite Panafieu a fédéré tous les élus UMP derrière elle

Politique des transports à Paris : l’indispensable besoin de transparence

Les élus du groupe UMP du Conseil de Paris souhaitent réagir à l’article paru dans Le Monde daté du 17 octobre 2007, intitulé "Paris pilote à vue ses transports.

Les conclusions du Conseil scientifique de la Ville de Paris rejoignent les demandes incessantes du groupe UMP du Conseil de Paris.
Ainsi le groupe UMP n’a cessé d’interpeller le maire de Paris pour lui demander d’améliorer le suivi de sa politique des transports, de se doter des outils adéquats, afin de pouvoir mesurer les impacts de sa politique. Le maire sortant ayant à de rares exceptions toujours refusé, le groupe UMP peut affirmer qu’il a délibérement "cassé le thermomètre". Aussi le refus manifeste de toute politique d’évaluation de la part de l’exécutif parisien, malgré les injonctions de son opposition conduisent aujourd’hui à l’impasse soulignée par le conseil scientifique.

Lire la suite Politique des transports à Paris : l’indispensable besoin de transparence

Bertrand Delanoë, grand menteur de la ville de Paris

Dépêche AFP du 10 octobre

Le député UMP de Paris Claude Goasguen a vivement critiqué Bertrand Delanoë, mercredi soir, qualifiant le maire de la capitale de "grand menteur de la ville de Paris", lors de la convention de rentrée du mouvement des Réformateurs de l’UMP à la Mutualité à Paris.

La campagne de Paris pour les municipales "c’est quelque chose de très important" pour la politique nationale, a-t-il dit, et "il ne faut pas se laisser gruger, abuser, par le grand menteur de la ville de Paris. Il faut se débarasser de celui qui fait régner le mensonge", a-t-il lancé à la tribune, en inaugurant cette convention.

Dans leur grande diversité, les Réformateurs parisiens ont un "dénominateur commun : nous sommes tous dirigés par un manipulateur", a-t-il martelé. "Bertrand Delanoë joue véritablement avec le non-dit et le mensonge".

Cette diatribe contre le maire de Paris suivait un hommage appuyé du député au Premier ministre François Fillon.
Les Réformateurs sont proches de Nicolas Sarkozy, mais ils sont "aussi très proches de toi, mon cher François, car tu as subi comme nous les évolutions du pouvoir", a déclaré le député de Paris.
"Nous aimons en toi la clarté des propos, (…) parfois la rudesse mais une rudesse salvatrice, nous apprécions ta franchise et ta vérité", a-t-il encore déclaré.

Velib’et code de la route

Ce week-end encore j’ai pu constater le succès croissant de Vélib’ dans les rues de la capitale. Des centaines de parisiens ont profité du beau temps pour enfourcher les petites reines municipales.

Ce succès est légitime mais on s’aperçoit ausément que la cohabitation entre les cyclistes, les automobilistes, les piétons et autres modes de déplacement n’est pas aisée, et que nous ne sommes pas à l’abri d’une hausse des accidents.

En effet, il est étonnant de voir les cyclistes ne pas se soucier des règles élémentaires du code de la route et de mettre en péril leur sécurité.

C’est pourquoi j’ai tenu à interpeller par question écrite
le secrétaire d’Etat chargé des transports sur la nécessaire évolution du code de la route.

C’est pas bien Bertrand…

Je viens d’ adresser une lettre au Maire de Paris , m’étonnant de la décision prise par la municipalité de faire enlever les panneaux électoraux situés devant les mairies des arrondissements qui n’ ont pas à organiser un deuxième tour d’ élections législatives dimanche prochain .

Je suis profondément choqué par les retraits des panneaux électoraux le jeudi 14 juin au matin qui va nous empêcher de remercier, comme il se doit, les électeurs qui se sont déplacés pour voter.
Je ne vois pas ce qui peut justifier une telle attitude si ce n’ est peut-être une erreur administrative que je lui demande très simplement de bien vouloir rectifier.

Il est très important que les députés puissent s ‘ adresser à leurs électeurs, quelle que soit leur tendance politique, pour les remercier de leur choix.

En effet, il est de tradition républicaine que les candidats élus au premier tour utilisent ces panneaux pour apposer des affiches de remerciements pour le soutien que leur ont apporté les habitants de leur circonscription.