Archives pour la catégorie Non classé

Faire des économies sur les cartes de vœux

A la différence des autres années, j’ai décidé de ne pas envoyer de cartes de vœux papiers par la poste dans un but de stricte économie. Le coût pour la collectivité locale et pour l’Assemblée nationale me paraissait, en effet, exorbitant dans une période de difficultés financières que nous connaissons.

Je remercie tous ceux qui, nombreux, m’ont adressé leurs vœux et je m’en excuse auprès des électeurs du 16e qui comprendront je crois ma motivation.

Avec mes amitiés. Bonne année 2019 !

Un nouveau traité franco-allemand sans débat ?

Le 22 janvier 2019 un nouveau traité de coopération et d’intégration franco-allemand sera signé. Ce traité important qui renouvelle le traité de l’Élysée de 1963 sera signé par le Président de la République et la Chancelière allemande sans que l’Assemblée nationale ne soit informée de la nature des articles qui constituent ce traité.

Après le pacte de Marrakech, signé sans information par le Président, c’est un deuxième acte qui échappe à l’information de l’Assemblée nationale. Peut-on continuer ainsi à gérer les intérêts de la France lorsque l’on parle d’un Grand Débat ?

Ce texte est majeur pour l’avenir de la France et ne doit pas être signé en catimini.

La participation des Républicains au « Grand » Débat national

Les parlementaires se sont réunis hier autour de Gérard Larcher et de Laurent Wauquiez. Nous avons débattu de la position des Républicains concernant le « Grand » Débat national. Malgré notre scepticisme général sur cette initiative, nous avons décidé d’apporter une contribution du parti Les Républicains dans son ensemble aux diverses questions posées.

Ces réponses passeront par la consultation des adhérents Les Républicains dont nous ferons la synthèse. Elle nous permettra de montrer la cohérence de notre formation politique sur un certain nombre de sujet et d’assurer notre présence car nous refusons l’attitude des extrêmes qui boycottent cette initiative.

Réflexions amères pour 2019

Le gouvernement multiplie les erreurs voire quelque fois les provocations plus ou moins volontaires. Depuis plusieurs semaines, la situation dans notre pays s’aggrave. Même si nous sommes tous attachés profondément au maintien de l’ordre public nécessaire, nous ne pouvons que nous poser des questions sur les mois à venir avec inquiétude et amertume car le gâchis est grand.

Le « grand » débat qui s’ouvre apportera-t-il des solutions ? Je ne le crois pas.

Pendant plusieurs mois, les Français seront tentés, pour ceux qui participent, de faire des propositions multiples dont on sait dès le départ qu’elles ne seront pas entendues pour la plupart par un gouvernement et un Président de la République qui ne cessent de répéter leur obstination à ne pas changer de cap, voire même refusant de traiter des sujets aussi importants que la question migratoire.

Quelles seront les conséquences de la déception plus que probable dans notre République qui est de plus en plus monarchisée ? C’est au Président de la République, et à lui seul, qu’il appartiendrait ainsi de choisir ce que le peuple lui soumet. Mais le Président est seul. Il n’y a plus en effet, depuis la réforme du quinquennat et l’automaticité des élections législatives qui suivent l’élection du Président, d’Assemblée nationale susceptible de faire écran entre le Président-roi et le peuple. Il n’y a plus non plus de corps intermédiaires depuis la crise des syndicats et le déception des communes.

Force est de constater que nous nous orientons vers une crise probablement majeure de nos institutions mettant face à face un Président seul et un peuple qui souhaite, souvent avec violence, qu’on l’entende.

Les classes moyennes seront les victimes désignées des aménagements à venir, programmés par Bercy. Les classes moyennes supérieures notamment peuvent s’apprêter à en être les futures victimes fiscales.

Décidément, les leçons de l’histoire de France ne servent à rien. On oublie 1789 et 1848 et la révolte d’un pays contre la monarchie administrative qui déjà gouvernait la France. On devrait apprendre davantage l’histoire de France à l’ENA.

Je note avec satisfaction que le Gouvernement, tardivement, vient de s’inspirer d’une proposition de loi que j’avais rédigé le 29 mars 2006 concernant la prévention des violences lors des manifestations sportives

Je note avec satisfaction que le Gouvernement, tardivement, vient de s’inspirer d’une proposition de loi que j’avais rédigé le 29 mars 2006 concernant la prévention des violences lors des manifestations sportives.

Cette proposition m’avait permis d’évoquer les problèmes de violence collective qui sont restés limités en droit Français. Néanmoins, je tiens à préciser que le Gouvernement aura bien du mal à mettre en place un système qui peut s’appliquer à des manifestations restreintes,  mais qu’il me parait difficile d’étendre pour de nombreuses raisons à des manifestations diffuses et nombreuses. Nous aurons l’occasion d’en débattre à l’Assemblée nationale.