Proposition de loi déposée par Claude Goasguen et Hervé de Charette

<p>PROPOSITION DE LOI</p>

&lt;!–
@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm }
P { margin-bottom: 0.21cm }
–&gt;

EXPOSÉ
DES MOTIFS

Mesdames,
Messieurs,

Après
le blocage suscité par le « non » des
Français et des Néerlandais à la Constitution
européenne en 2005, une longue période de réflexion
s’est ouverte dans l’Union européenne pour tenter de
comprendre les raisons de ce choc et d’expliquer le désenchantement
des citoyens.

L’incapacité
apparente de l’Europe à lutter contre les effets négatifs
de la mondialisation, son opacité, son image technocratique
sont apparus comme autant de facteurs qui accentuaient le divorce
progressif entre un idéal européen porté par
quelques élites et sa perception populaire.

On
ne peut dès lors que regretter que la mention des symboles
européens ait été abandonnée dans le
traité sur l’Union européenne tel que signé à
Lisbonne le 13 décembre dernier.

Nous
avons ainsi reculé devant les plus frileux de nos partenaires.
Nous tenons pourtant avec les symboles européens des outils
pour construire une identité commune, pour donner une
expression tangible à l’Union européenne, pour
consacrer de véritables attributs de citoyenneté.

En
ne signant pas la déclaration n° 52 annexée au
Traité de Lisbonne, la France a donné l’impression de
renoncer à ces signes quotidiens de notre aventure commune que
sont le drapeau, ce cercle de douze étoiles d’or sur fond
bleu, l’hymne, l’Ode à la Joie, la monnaie, l’euro, la
devise, Unie dans la diversité, et la journée, le
9-Mai.

Pourtant,
la présence du drapeau européen lors des interventions
officielles du Président de la République, l’ajout de
l’hymne européen aux cérémonies officielles du
14-Juillet, la célébration festive du 9-Mai et, bien
sûr, les pièces et billets d’euros dans nos
porte-monnaie attestent qu’il n’en est rien.

C’est
pourquoi il nous semble très important de reconnaître
officiellement les symboles européens, en les consacrant dans
notre Constitution.

Tel
est l’objet de la présente proposition de loi.

 

PROPOSITION
DE LOI

CONSTITUTIONNELLE

Article
unique

A
l’article 88-1 de la Constitution, est ajouté un 2
nd
alinéa rédigé comme suit :

« Elle
reconnaît les symboles de l’Union européenne qui sont
le drapeau représentant un cercle de douze étoiles d’or
sur fond bleu, l’hymne tiré de « l’Ode à
la joie » de la Neuvième symphonie de Ludwig van
Beethoven, la devise « Unie dans la diversité »,
l’euro en tant que monnaie et la Journée de l’Europe
célébrée le 9 mai. »

Interview vérité

Interview par Paul Wermus dans France Soir du 5 février 2008

Claude Goasguen, grande gueule de l’UMP, tête de liste dans le 16ème, député de Paris, prof de droit, avocat, n’a pas d’états d’âme. Guère diplomate, sans complexes, il dit ce qu’il a sur le coeur.

Delanoë est donné gagnant ?
Il bénéficie des difficultés de la droite au niveau national, mais la campagne ne fait que commencer. Il faudra bien que Bertrand Delanoë s’explique tôt ou tard, sur son bilan, qui n’est pas bon. Le Vélib ne doit pas cacher l’absence de logements, les problèmes de circulation, le manque de crèches, la propreté…

Françoise de Panafieu est-elle vraiment le bon cheval ?
Elle est la candidate qui représente l’alternative, mais je regrette que le Modem soit l’allié privilégié de Delanoë à Paris. On sait désormais que ceux qui se prétendent sont à gauche.

Attali a dit que vous apparteniez à la république des imbéciles ?
Attali a perdu son sang froid, et au-delà de ce genre de réponse il prouve son antiparlementarisme primaire qui me rappelle les plus belles années du despotisme éclairé. La carrière d’Attali dans les activités bancaires devrait l’amener à une plus grande tempérance de langage.

Lire la suite Interview vérité

La constitution doit reconnaître les symboles européens

Dépêche AFP du 1er février

La Constitution doit reconnaître les symboles de l’Union européenne (drapeau, hymne, devise…) estiment Hervé de Charette, Claude Goasguen et Alain Lamassoure, les 3 co-présidents de Convention démocrate, héritière du club giscardien Perspectives et réalités.
"Nous appelons les parlementaires de tous horizons politiques à soutenir notre démarche qui consiste à déposer un amendement à l’article 88-1 de la Constitution pour y inscrire que la France reconnaît les symboles de l’Union européenne", ont déclaré vendredi les 3 élus UMP dans un communiqué.
La défense des symboles européens "est absolument impérative" à l’heure "où nous devons  tous nous battre pour le rapprochement des citoyens et des institutions", estiment-ils.
Eric Hélard, le délégué général de la Convention démocrate, a précisé qu’il n’était pas question de déposer un amendement lors de la révision constitutionnelle qui sera votée lundi à Versailles.
"Il faudrait plutôt, si l’idée était retenue, profiter d’une révision constitutionnelle ultérieure", a-t-il précisé à l’AFP.
Valérie Giscard d’Estaing avait regretté que le nouveau traité européen de Lisbonne ne mentionne pas les symboles européens, comme le faisait la constitution européenne qu’avait rejetée les Français.
M. Giscard d’Estaing a demandé que la france signe la déclaration de 16 pays de l’Union européenne, annexée au traité de Lisbonne, affirmant leur attachement aux symboles de l’UE.

Inquiet pour les municipales

Dépêche AFP du 31 janvier 2008

Claude Goasguen, député UMP de Paris, s’est déclaré jeudi "inquiet" à propos des municipales, jugeant comme "une possibilité" qu’elles virent au cauchemar pour la majorité.
Invité de LCI, M. Goasguen a reconnu "une conjoncture qui n’est pas bonne. les Français sont amers, déçus, inquiets de la crise internationale, c’est un mauvais mois de janvier".
A la question " pensez-vous que les municipales peuvent virer au cauchemar pour la majorité ?", il a répondu "c’est une possibilité".
"Nous avons cinq ans de réformes devant nous et il ne faut pas demander au gouvernement et au président de la république d’être la fée miracle", a-t-il dit, parlant de "remontées difficiles, notamment dans les grandes villes".
"Je crois que les électeurs de droite et du centre n’ont pas voté pour Nicolas Sarkozy pour que nous soyons la voiture-balai du mitterandisme", a encore déclaré M. Goasguen, estimant que "le trouble de l’électorat est marqué par cette dérive".
"On annonce Jack Lang au gouvernement, on a failli avoir Védrine, Attali qui fait son numéro, Rocard qui découvre les vertus de la méritocratie. Les électeurs de droite et du centre n’ont pas voté pour ça. Qu’on fasse l’ouverture, je ne suis pas contre, mais pas le retour des vieilles momies", a-t-il dit, raillant Michel Rocard "favorable au mérite alors que les socialistes ont fait exactement le contraire".
Interrogé sur la Société générale, M. Goasguen a aussi évoqué "l’urgente nécessité de moraliser le monde de la finance".

Lancement de la chaîne Paris16tv !

 

Municipales dans le 16e, c’est parti !
Vidéo envoyée par Paris16TV

L’UMP du 16ème refuse de faire une campagne des municipales plan-plan. Elle utilise tous les moyens liés aux nouvelles technologies pour communiquer sur son programme, son actualité, pour intéresser des concitoyens peu mobilisables par la communication conventionnelle !

Découvrez notre 1ère vidéo.
Claude Goasguen, tête de liste dans le 16e arrondissement de Paris, présente l’ambition de la liste d’Union de l’UMP, prête à relever les défis du prochain mandat : propreté, respect de l’urbanisme, écoute des citoyens du 16e,…

Demain, ne ratez pas la vidéo de Bernard Debré !

Le dîner de l’an nouveau

Nous étions 440 au rituel, et désormais célèbre, dîner de l’an nouveau. Le pavillon Dauphine a été le théâtre, hier soir, d’une réunion unitaire autour de moi-même, Bernard Debré et Pierre-Christian Taittinger.

Nous n’avons pas manqué de rappeler l’enjeu des élections municipales à Paris et dans le 16ème en particulier, devant une partie de nos fidèles amis, car autant n’ont pas pu assister au dîner faute de place.

Nous avons l’ambition, claire et affichée, de faire le grand chelem des conseillers de Paris, soit les 13 postes.

Je souhaite remercie chaleureusement Gérard Leban, qui a organisé ce dîner, d’une main de maître, et nous n’en attendions pas moins de lui.

Propreté : lettre à Contassot

Claude GOASGUEN

<!–
@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm }
P { margin-bottom: 0.21cm }
–>

Monsieur
le Maire,

Permettez-moi
de vous faire part du mécontentement croissant des habitants
de ma circonscription à propos de la saleté qui règne
dans le 16
ème
arrondissement en particulier dans le sud de l’arrondissement.

La
situation devient intolérable. Les poubelles ne sont pas
ramassées à heure fixe et parfois restent un ou deux
jours sur les trottoirs, déversant des quantités de
détritus. Les dépôts d’ordures de vieux objets
s’accumulent à certains endroits et se transforment ainsi en
décharges sur la voie publique. Les trottoirs ne sont pas
régulièrement nettoyés et les déjections
canines perturbent les piétons causant parfois des accidents
regrettables. Toute cette saleté est source d’insalubrité
et peut occasionner des risques de maladie.

Les
riverains m’ont signalé des problèmes particuliers de
saleté sur les voies suivantes :

  • Rue
    Varize

  • Rue
    Delestraint

  • Rue
    Erlanger

  • Rue
    Claude Terrasse

  • Rue
    Michel Ange

  • Rue
    Molitor

  • Boulevard
    Montmorency

  • Boulevard
    Murat

  • Boulevard
    Exelmans

  • Avenue
    Théophile Gautier

Et
ne parlons pas de la saleté des quartiers autour du Parc des
Princes après les matchs de football!
Vous
serait-il possible de veiller à ce que les services concernés
prennent mieux en charge le nettoyage et la propreté de notre
arrondissement en particulier des quartiers sur lesquels j’ai
appelé votre attention.

Vous
en remerciant, je
vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l’assurance de mes
sentiments les meilleurs.

Monsieur
Yves CONTASSOT

Adjoint
au Maire de Paris, Chargé de l’Environnement,

De
la Propreté, des Espaces Verts et du Traitement des Déchets

Hôtel
de Ville

75196
PARIS RP


Copies :
Monsieur Pierre-Christian TAITTINGER, Maire du 16
ème
arrondissement

              Monsieur
Jean-Marc BOURDIN, Directeur de la Propreté et de l’eau,
Mairie de Paris

Les rogatons du mitterandisme

"Couloirs" du Parisien du jour

Pour avoir critiqué publiquement en visant le rapport Attali, "la République des experts" assurant qu’il revient d’abord aux élus de proposer les réformes touchant la vie des Français, Claude Goasguen s’était attiré une riposte cinglante de Jacques Attali. Ce dernier l’avait invité " à aller traîner ses godillots dans la gadoue de la République des imbéciles". Il en faut davantage pour ébranler le député de Paris : " Attali se prend pour Turgot ! Qu’il  vienne donc entendre sur le terrain le ras-le-bol des électeurs UMP devant les rogatons du mitterandisme ! ".

C’est une girouette de la pensée

Interview paru dans le France Soir de ce jour

Le leader de la liste dans le 16ème arrondissement répond à Jacques Attali selon lequel "il aurait toute sa place dans la république des imbéciles"

Comment réagissez-vous aux propos de Jacques Attali à votre encontre ?

J’ai entendu que M. Attali avait été vexé parce que son rapport n’avait pas été accueilli par les parlementaires avec la très haute estime qu’il a de lui-même. Je pense en effet que ce rapport est un habillage de poncifs qui se base parfois sur des chiffres vieux de dix ans, comme ceux de l’immigration, et reprend des idées que l’on entend depuis des décennies comme la suppression des départements. Je trouve qu’il y a une profonde légèreté de sa part à se faire le chantre du libéralisme, lui qui fut, sous François Mitterrand, l’auteur des lourdeurs administratives qu’il dénonce aujourd’hui. Pour cela, c’est sûr, Jacques Attali est loin d’être un imbécile, puisqu’on dit qu’ils ne changent pas d’avis. Or lui, il change tout le temps ! C’est une girouette de la pensée. A la lecture de son rapport, il semble avoir oublié ce qu’il écrivait dans l’Ordre cannibale en 1979 quand il dénonçait la mort de la médecine française…

Lire la suite C’est une girouette de la pensée

Rapport Attali : Non au tout ou rien !

Communiqué de presse d’Hervé de Charette, Claude Goasguen et Alain Lamassoure, co-présidents de Perspectives et Réalités.

<p>Note</p>

&lt;!–
@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm }
P { margin-bottom: 0.21cm }
–&gt;

Le rapport Attali, c’est
tout compte fait, une synthèse originale et stimulante de ce
qu’on pourrait appeler « la très grande
bibliothèque » des rapports inappliqués. Il
confirme que la voie de la réforme choisie par les français
lors de l’élection présidentielle est l’unique
chance pour notre pays de relever le défi de la
mondialisation. A condition d’en accepter les exigences, d’innover
et d’aller vite.

Mais contrairement à
ce que dit M.Atalli, il n’est pas question d’accepter sans débat
ses 314 propositions telles qu’elles sont. Nous refusons le tout ou
rien. Ce n’est pas à un groupe d’experts même de
haut niveau et même d’ouverture, d’imposer son diktat. Le
rapport Attali n’est pas chargé de fermer les portes mais de
les ouvrir ! Bien au contraire, il appartient désormais
au gouvernement et à la majorité, s’appuyant sur les
très utiles propositions de ce rapport, d’engager un large
débat public pour libérer les forces de la croissance.

Nous attendons du
gouvernement qu’il nous fasse connaître le calendrier et
l’organisation de ce débat dont la responsabilité lui
incombe. La Convention Démocrate y prendra toute sa part. Le
temps presse.

 

L’aide médicale aux étrangers pourrait être réformée

Article paru dans le Figaro le 18 janvier 2008

"Avant la préparation du prochain budget, il faudra trouver une solution !" tempête un membre du gouvernement. L’aide médicale d’Etat (AME), dispositif de soins gratuits pour les étrangers en situation irrégulière présents sur le territoire français depuis plus de trois mois, donne des sueurs froides aux fonctionnaires de Bercy. En octobre dernier, ils ont dû signer un chèque de plus de 900 millions d’euros pour apurer les dettes de l’Etat à la Sécurité sociale. Pour 2008, le ministère de la Santé a prévu une enveloppe de 413 millions d’euros en augmentation de 180 millions d’euros.

Lire la suite L’aide médicale aux étrangers pourrait être réformée

DEPUTE DE PARIS – ANCIEN MINISTRE