Elle nous a quittés…

Lucie_aubrac Une femme hors norme vient de s’éteindre. Lucie Aubrac, incarnation de la France qui a dit non, de cette France qui a lutté contre la haine et l’antisémitisme, de cette France éprise de liberté.

Je souhaite juste dire  "Adieu Madame. Vous nous manquerez, et nous resterons vigilants".

J’invite les plus jeunes d’entre nous à regarder le film que Claude Berri lui a consacré.

La classe !

J’ai eu le plaisir de découvrir en lisant ce matin le Nouvel Obs Paris un article sur les cyber-élus, et surprise je suis cité, et ai droit une petite fiche… Permettez-moi de vous faire partager mon enthousiasme, et je tiens à vous remercier car c’est aussi grâce à vous cette distinction !

Nous obtenons 2 souris, et je compte bien obtenir la troisième…

L’art du franc-parler

Claude Goasguen (UMP), député de Paris (16ème), 62 ans

Un coup de gueule permanent. Et c’est ce qui est bien. Mention spéciale à son "SOS Propreté" lancé en janvier : le 16ème est un arrondissement sale, qu’on se le dise, et le député a mis ses habitants à contribuation. Tous sont invités à envoyer leurs meilleurs clichés d’encombrants et de sacs-poubelle débordants. L’album est en ligne…

Le plus : les interviews vidéo et les albums photos. A ne pas manquer, le cliché du député en gants de boxe.

Le moins : la rubrique "16ème" est bien légère.

Les retombées presse de la manifestation « Varize »

Dsc00697 La manifestation citoyenne des habitants du XVIème contre le projet de construction rue de Varize est a été une franche réussite.

Voici les coupures de presse

Le JDD du 11 mars

200 personnes ont manifesté hier matin Porte St Cloud dans le 16ème pour protester contre un projet de construction de 208 logements autorisé par la mairie, à la place d’une ancienne résidence religieuse.  Par ailleurs, à la suite de notre article sur les HLM de la Porte d’Auteuil, refusés par les riverains, le maire du 16ème, Pierre-Christian Taittinger, qu’il n’est pas opposé à des logements sociaux "réservés aux mal-logés du 16ème, aux familles nombreuses, aux jeunes qui débutent dans la vie et aux fonctionnaires en poste dans notre arrondissement".

Lire la suite Les retombées presse de la manifestation « Varize »

François Bayrou et le jour d’après

Vous trouverez ci-dessous un article qui m’a particulièrement intéressé. Et vous qu’en pensez-vous ?

Les Echos du jeudi 8 mars – La politique vue par Françoise Fressoz

François Bayrou a quelque chose de rassurant. C’est son principal atout dans cette campagne. Face aux deux primo-accédants que sont Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, lui peut revendiquer une forme de continuité, pour ne pas dire d’obstination : il en est à sa deuxième campagne présidentielle. Le Béarnais est aussi un homme du terroir, fils de paysan, fier de ses origines. C’est en même temps un agrégé de lettres. Son parcours illustre les effets positifs de l’élitisme républicain, au moment où l’ascenseur social donne la fâcheuse impression de ne plus fonctionner. Toutes proportions gardées, son histoire ressemble davantage à celle de François Mitterrand ou de Jacques Chirac, qui ont chéri leur enfance, qu’à celle de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy, qui sont en rupture avec une jeunesse qu’ils n’ont pas aimée. Le président de l’UDF est le point d’équilibre entre le passé et le présent, la tradition et la modernité, la province et Paris. Lorsque ses concurrents pratiquent la fuite en avant, il se démarque en jouant le bon sens paysan. Il s’est ainsi construit une forte popularité en préconisant le désendettement rapide au moment où Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal s’engouffraient dans la course aux promesses électorales. Comme Raymond Barre, François Bayrou séduit les raisonnables et rassure les anxieux. Et pourtant il y a une inconnue dans son projet, quelque chose qui transforme ce centriste sage en un révolutionnaire imprévisible : avec qui gouvernera-t-il s’il est élu président de la République ? Pour lui, le jour d’après est beaucoup plus aventureux que pour Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal.

Lire la suite François Bayrou et le jour d’après

Présidentielle: l’UMP travaille à un projet de loi de réforme de l’université

Dépêche AEF du mardi 6 mars

Un projet de loi de réforme de l’université est en cours d’élaboration à l’UMP pour qu’il puisse être soumis à concertation à la rentrée de septembre 2007, affirme à l’AEF Claude Goasguen, député de Paris et délégué général à la recherche et à l’université à l’UMP.

"C’est une priorité de Nicolas Sarkozy et nous sommes déterminés", assure-t-il. "Il faut aller très vite et négocier avec les présidents d’université et les organisations syndicales. Cela ne sera pas facile, mais la communauté universitaire sait que désormais l’université est devenue une priorité. Depuis que l’économie de la connaissance est en cause, la droite s’est emparée de la question de l’enseignement supérieur. Elle aurait pu le faire plus tôt." Claude Goasguen confirme qu’il fait partie de ceux, à l’UMP, qui souhaiteraient se voir confier des responsabilités ministérielles dans le domaine de l’éducation et/ou de l’enseignement supérieur, en cas de victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle.

Lire la suite Présidentielle: l’UMP travaille à un projet de loi de réforme de l’université

Manifestation rue de Varize

Samedi 10 mars à 11h30, un collectif de riverains " SOS Murat Varize" appelle à  manifester contre le projet de construction envisagé par la mairie de Paris. Le point de rendez-vous est sur l’esplanade de l’église Sainte-Jeannne de Chantal.

Je serai au côté des manifestants, et j’invite les habitants de la Porte d’Auteuil, de la Porte de Saint Cloud ou d’autres quartiers à se mobiliser afin de défendre notre environnement et l’aménagement urbanisatique du 16ème.

Voici une dépêche AFP du mardi 6 mars à ce sujet

Des parisiens du XVIème arrondissement ont appelé à manifester samedi Porte de Saint-Cloud contre la construction d’un lotissement sur l’emplacement de l’ancienne maison des petites soeurs des pauvres et son parc. Dans un tract communiqué à l’AFP l’Association SOS Marat Varize soutenue par les élus du XVIème, notamment le député Claude Goasguen, dénonce "un énorme projet immobilier" d’environ 210 logements dont 64 sociaux, avec des immeubles de 5 à 10 étages.

Selon le document, une pétition contre ce projet a recueilli 400 signatures. Interrogé par l’AFP, la mairie de Paris a confirmé cette opération immobilière, précisant qu’il y aurait également une maison de retraite. Elle précise qu’un "jardin traversant" sera ouvert au public, alors qu’actuellement le parc est fermé. Le projet est confié à l’atelier Christian de Portzamparc.

Edito de l’Equipe Magazine

Edito de Jean-Philippe Leclaire pour l’Equipe Magazine du 17 février 2007 : Aucune vision

Le Conseil de Paris a donné son feu vert, mardi dernier, à la destruction puis à la reconstruction d’un stade de rugby sur le site de Jean Bouin, pour un coût estimé à 111 millions d’euros. C’est une très bonne nouvelle pour le Stade Français, son président Max Guazzini, et plus généralement, pour tous les amateurs de rugby à Paris. L’actuel concessionnaire du lieu, l’association Paris Jean Bouin, prend les choses avec beaucoup moins de philosophie. Son président Jacques Lelièvre dénonce même "un sacrifice au sport business et au show-biz", dont les premières victimes seront les athlètes et les hockeyeurs sur le gazon du PJB, priés d’aller jouer ailleurs afin de faire de la place au rugby.

Lire la suite Edito de l’Equipe Magazine

François Bayrou, le poujado-centriste

Dépêche AFP du mardi 20 février 2007

Le député UMP de Paris, Claude Goasguen, a estimé mardi que le candidat UDF à la présidentielle, François Bayrou, défendait un "schéma personnel plus qu’un projet politiqueé en faisant du "poujado-centrisme".

"Le programme UDF est plus un schéma personnel d’intentions qu’un véritable projet politique", a dit M. Goasguen, dans les couloirs de l’Assemblée nationale. "De ce point de vue, a poursuivi le député de Paris, toute proportion gardée, parce qu’il n’est pas sur le même registre, la démarche de M. Bayrou ressemble à celle de quelqu’un comme Le Pen qui, il y a quelques années, disait "Y’a qu’à tout changer".

Selon lui, "c’est du poujado-centrisme qui pose un problème : celui de la crédibilité de la politique qui consiste à faire croire que tout peut se faire par l’opération du Saint-Esprit". "On ne fait pas de la politique en ramassant de bonnes idées ou de bonnes intentions", a poursuivi M. Goasguen. "Si François Bayrou est cru, cela veut dire que nous avons mal porté notre discours, donc nous allons certainement le modifier".

Il a ironisé sur "l’attitude politique nouvelle" de M. Bayrou, qui "a été longtemps dans les gouvernements et n’a jamais été réputé pour son sens de la contestation. Voilà un centriste qui devient contestataire, c’est donc bien une attitude personnelle", a-t-il lancé.

En revanche, a-t-il dit, "dans le débat Sarkozy-Royal, vous avez deux forces politiques différentes avec un projet argumenté et longuement discuté par les militants. Ce qui ne paraît pas être le cas du projet UDF pour l’instant".

La création du DALO : un mauvais projet

La décision prise par le gouvernement de proposer au Parlement un « droit opposable au logement » soulève de nombreuses interrogations que les parlementaires de toutes tendances, à la veille des élections présidentielles, ont le droit et le devoir de se poser.

Décidé sous le coup d’une émotion légitime, celle provoquée par la crise dramatique des problèmes d’hébergement et de logement, le projet gouvernemental n’a pu bénéficier d’une étude d’impact suffisante et risque, si des précautions ne sont prises, de créer des problèmes humains et sociaux plus graves encore que ceux qu’il est censé résoudre.

Lire la suite La création du DALO : un mauvais projet

Stade Jean Bouin

Hier le Conseil de Paris a voté une délibération, malgré un long débat, d’étendre le Stade Jean Bouin dont la Ville est propriétaire et géré par une association.

Après un long débat et des pressions inadmissibles à l’encontre des élus, les conseillers de Paris ont choisi une formule qui me paraît totalement inadaptée. Elle ne tient pas compte de l’ensemble des partenaires concernés : mairie de Boulogne, mairie du 16ème arrondissement, association de gestion de Jean Bouin, association de riverains de Boulogne et de Paris. Les travaux vont déterminer davantage encore ce secteur du bois de Boulogne avec la construction d’un parking de 400 places. C’est une erreur financière : le coût est de 111 millions d’euros alors que le stade de Charléty, conçu pour l’athlétisme et le rugby, reste vide.

Lire la suite Stade Jean Bouin

DEPUTE DE PARIS – ANCIEN MINISTRE