Sarkozy au gouvernement

"Nicolas Sarkozy doit rester le plus longtemps possible au gouvernement. Q’il soit ministre de l’Intérieur, ce n’est pas un handicap, bien au contraire, ça le met au contact des réalités. Je ne vois pas pourquoi on l’empêcherait de parler parce qu’il est ministre de l’intérieur. Il n’a pas du tout l’intention d’abandonner sa liberté de parole".

Et vous qu’en pensez- vous ?

Claude Goasguen, bon élève

Cg_anatole_1 "L’Express" de cette semaine publie une enquête intéressante intitulée "Députés sous influence".  Une liste des parlementaires qui interviennent le plus à l’Assemblée est dressée :   Claude Goasguen est 54 ème sur 577 députés, au 19ème rang des députés de l’UMP.

Il est surtout le 1er député parisien de la majorité.

Ce résultat n’est pas étonnant lorsqu’on connaît sa conception de la politique : les problématiques locales et nationales sont imbriquées. Il est difficile d’agir efficacement sur le local sans s’investir dans les débats nationaux. Les habitants du 16ème ne s’en plaindront pas.

Retrouvez son bilan législatif sur le site de l’Assemblée nationale et sur son site.

« Société de la connaissance : nouvelle frontière »

Photorecherche Claude Goasguen, délégué général de l’UMP en charge de l’université et de la recherche, organise la prochaine convention : "Société de la connaissance : nouvelle frontière".

L’enseignement supérieur est une question qui tient à coeur les Français, car il s’agit de l’avenir des générations futures et du pays plus généralement. Sans un enseignement supérieur performant, la France ne pourra accéder à une économie de la connaissance, primordiale dans la mondialisation.

Claude Goasguen fera le discours l’ouverture, et animera la table ronde sur " La gouvernance de l’université au service de la performance" :

                                                   Mercredi 4 octobre à 9h, La Mutualité

Venez nombreux et participez aux débats !

Nous pouvons gagner

Interview de Claude Goasguen dans le Parisien de ce jour

Le Conseil de Paris se réunit ce matin. A cette occasion, Claude Goasguen, qui présidait le groupe UMP depuis fin 2001, passera le relais à Françoise de Panafieu, qui a été choisie par les militants pour conduire la liste de la droite aux prochaines élections municipales.

Vous démissionnez aujourd’hui de la présidence du groupe UMP à la mairie de Paris…

C.G : Oui. Françoise de Panafieu, notre candidate à la prochaine élection municipale va prendre ma place. Cette passation de pouvoirs était prévue courant octobre, mais j’ai décidé de l’anticiper.

Pourquoi ?
L’idée c’est d’être en ordre de marche le plus rapidement possible. Nous avons de bonnes raisons de penser que si Sarkozy gagne la présidentielle l’année prochaine, les municipales seront avancées et se tiendront vers le mois d’octobre 2007. Nous sommes tombés d’accord avec Françoise de Panafieu sur la répartition des postes et l’animation de la campagne. Je reste vice-président du groupe, fonction qui me permettra de continuer à défendre mes idées.

Delanoë ne reste-t-il pas intouchable malgré ses difficultés personnelles ?
Non. Nous pouvons parfaitement gagner. Le maire de Paris est un homme seul. Sa majorité ne le suit plus et les grands chantiers s’enlisent. On a l’impression qu’il ne s’est toujours pas remis de l’échec des JO. Politiquement la donne a changé. Il y a quatre ans, la droite était en morceaux et ne cessait de se quereller. Désormais, nous sommes unis : on a réussi à refiler le mistigri de la division à la gauche.

Comment comptez-vous reconquérir la capitale ?
Les bobos, on ne les aura pas. Ils continueront à voter majoritairement pour Delanoë parce que cela fait chic. Il faut plutôt nous inspirer de la statégie utilisée par Jacques Chirac lorsqu’il était maire. C’est-à-dire nous appuyer sur l’ouest de la ville et le petit peuple de Paris, celui qui est confronté tous les jours aux problèmes d’emploi, de logement, de sécurité. Nous devrons aussi nous adresser aux différentes communautés musulmane, kabyle, antillaise, asiatique, africaine, que Delanoë a inexplicablement délaissées.

Nous sommes en campagne pré-présidentielle

Dépêche AFP du jeudi 21 septembre 2006

Le député sarkozyste Claude Goasguen, interrogé sur les propos de Nicolas Sarkozy en Seine-Saint-Denis, a jugé que l’on était déjà "en campagne pré-présidentielle".
Avocat, professeur de droit, l’élu parisien a estimé que le président de l’UMP "veut se placer d’ores et déjà dans un débat pré-présidentiel en mettant sur la table des sujets sur lesquels, jusqu’à présent, on manie une langue de bois constante".
"Le problème de la délinquance, notamment des mineurs, et de la politique de fermeté qui doit accompagner celle de prévention méritent d’être débattus sans tomber dans le sacrementel" a ajouté le député.
"Les institutions s’offusquent ? Mais c’est un débat politique que l’on ouvre" a-t-il ajouté.
"Nicolas Sarkozy dérange le conformisme des institutions. Mais le débat dans l’opinion est bien là : faut-il continuer à laisser les délinquants récidiver ? a-t-il encore dit.

Le pacte Panafieu-Goasguen

Dsc00850 Article paru dans le Point de cette semaine

Depuis le printemps, l’affaire semblait quasi entendue : "Il n’est pas question pour moi de démissionner de la présidence du groupe UMP au profit de Françoise de Panafieu ou d’un autre", fulminait Claude Goasguen, victime selon lui d’une injustice après s’être retiré de la course à l’investiture pour les municipales de 2008. A peine venait-elle d’être désignée par les militants parisiens que Françoise de Panafieu lorgnait déjà "logiquement" , disait-elle sur la présidence du groupe à l’Hôtel de ville.

Aujourd’hui, la querelle paraît bien loin. Les vacances sont âssées et surtout Nicolas Sarkozy a parlé. Le président de l’UMP garde un oeil attentif, histoire "de ne pas reproduire les divisions du passé" . C’est donc "dans une excellente ambiance" qu’un pacte a été conclu fin août entre Panafieu et Goasguen, assure le président de la fédération UMP de Paris, Philippe Goujon.

A elle la présidence du groupe, à lui la vice-présidence, avec en prime la responsabilité d’un pôle stratégique dans l’équipe de campagne de la candidate. La passation de pouvoir se fera le 25 septembre, peu avant l’ouverture du premier conseil municipal. "Elle peut désormais apparaître comme l’alter ego de Delanoë", se félicite Vincent Roger, porte parole de Panafieu.

Goasguen, qui craignait d’être marginalisé, confie "avoir insisté sur la diversité des membres au sein des organes dirigeants afin d’y compter également des Réformateurs". Il ajoute ne pas vouloir "porter la responsabilité d’une division à Paris", surtout à l’orée de la campagne présidentielle de Sarkozy, dont il devrait être un des conseillers. Sans doute lui suggérera-t-il de ne pas avancer l’échéance municipale à la rentrée 2007 s’il est élu président, arguant que "les électeurs auront l’impression d’un parti qui rafle tout". Pressée d’en découdre, Panafieu, penche plutôt pour l’avancement du calendrier.

VSD, le duel

Duel entre Claude Goasguen et Etienne Pinte sur "La France devait-elle envoyer des soldats au Liban ?" dans le VSD de cette semaine.

Claude Goasguen : La participation française à la Finul est inquiétante. Elle s’est faite trop rapidement sans aucune garantie sur le chapitre 7 de l’ONU : pouvoir se défendre en cas d’agression.

Etienne Pinte (président du groupe d’amitié France/Liban à l’Assemblée nationale) :  Chirac et Prodi ont forcément obtenu des garanties, sinon ils ne se seraient pas engagés. On ne parviendra pas à débloquer la situation si des troupes de la Finul ne débarquent pas sur place le plus rapidement possible. La Finul doit désarmer le Hezbollah.

Lire la suite VSD, le duel

Les propos de Benoît XVI

Benoit_16_1 Je crois qu’il faut réfléchir en profondeur sur les propos tenus par le pape lors de la conférence de Ratisbonne devant un public de théologiens.

En citant un empereur byzantin le pape n’avait sans doute pas pris la dimension diplomatique de ses déclarations, mais il ne faut pas pour autant se voiler la face en disant que la réflexion menée était tout à fait inutile. La multiplication des agressions dues à l’islamisme dans les pays musulmans, l’assassinat d’une religieuse italienne tuée en référence aux déclarations de Benoît XVI sont le signe d’un grave malaise dans la religion musulmane.

Lire la suite Les propos de Benoît XVI

Ségolène, un temps de retard !

Sgo Ségolène et ses propositions, tout un programme… enfin une partie de celui de l’UMP !!

Une fois de plus Ségolène a encore prouvé qu’elle ne suivait mais absolument pas les lois votées par le Parlement, les politiques mises en oeuvre. Elle s’en désintéresse.

Elle, son crédo, c’est proposer des mesures qui… sont déjà proposées par l’UMP.

Dernière proposition "réchauffée" : la création de visas saisonniers réguliers pour les immigrés. Cette mesure a été créée par l’article 12 du projet de loi "Immigration et intégration" de Nicolas Sarkozy voté par le Parlement et promulgué au JO le… 24 juillet dernier.

Pas d’autres commentaires. 

Triste anniversaire

Twin_tower Depuis le 11 septembre 2001, nul ne peut ignorer que le terrorisme n’est plus seulement une arme de guérilla, mais une arme de guerre sophistiquée remettant en cause plus généralement les intérêts de la paix dans le monde.

Depuis 5 ans le monde vit en permanence cette inquiétude, en particulier nos démocraties, frappées par un fondementalisme terroriste soutenu par des organisations fascites et totalitaires.

Aujourd’hui en même temps que l’hommage aux victimes du 11 septembre, nous pleurons tous ceux qui meurent, frappés aveuglément sans discernement. Pour eux, nous devons être vigilants, combatifs et sans faiblesse pour éradiquer tous ceux qui au nom du totalitarisme remettent en cause la dignité humaine par d’ignobles moyens.

DEPUTE DE PARIS – ANCIEN MINISTRE